L'affiche du jeudi : Nevers - Oyonnax

  • Joris CAZENAVE (Nevers).
    Joris CAZENAVE (Nevers). Icon Sport
Publié le , mis à jour

Malheur au vaincu. Surtout s’il est Neversois. Les joueurs de l’Uson se retrouvent en effet dos au mur dans ce "money time" dont ils appréhendent les derniers épisodes comme un tableau de phases finales.

Après avoir écarté Aurillac, un nouveau défi s’offre à eux, avec la venue d’Oyonnax, concurrent direct pour la qualification. "Si on perdait face à Aurillac, c’était terminé. Si on perd face à Oyonnax, c’est terminé", résume le manager Xavier Péméja.

L’équation est simple : l’Uson doit s’imposer, si possible en privant son adversaire du bonus défensif, pour laisser du sens et du suspense à la fin de saison régulière qui l’enverra à Perpignan puis à Valence-Romans, avant l’ultime réception de Béziers, désormais décroché dans la course aux phases finales. "J’espère qu’à la dernière seconde de ce match contre Béziers, on lèvera tous les bras", souffle Xavier Péméja.

Pour continuer à rêver les yeux ouverts, les Neversois devront déjà montrer davantage de réalisme face aux joueurs de l’Ain qu’ils n’en ont affiché face aux Cantaliens, tout heureux d’arriver à la pause avec dix points de retard après avoir été transpercés de toutes parts. "Il faudra que l’on soit plus précis, analyse l’arrière Romaric Camou. On voit que lorsque l’on arrive à mettre notre jeu en place, on se crée des opportunités. Mais on doit être encore plus exigeants, plus sérieux."

Inhibés lors de leurs deux derniers matchs, les Neversois se sont libérés face à Aurillac, attaquant dès le coup d’envoi par un Raisuqe revenu en lisière de son meilleur niveau. "On progresse sur l’état d’esprit, apprécie Xavier Péméja. Face à Oyonnax, il faudra que l’on tienne davantage le ballon, que l’on soit ambitieux, mais sans faire n’importe quoi."

Les Neversois le savent, ils devront livrer un match parfait pour dominer les Oyonnaxiens, redoutables voyageurs qui chercheront un septième succès à l’extérieur dont la saveur serait exaucée par la quasi-certitude d’un billet pour les barrages. En reléguant son hôte à huit voire neuf points, l’équipe de Joe El Abd pourrait en effet valider son sésame la semaine suivante en recevant Mont-de-Marsan. "Pour aller à Nevers, nous allons garder cette rage de vaincre qui était la nôtre face à Béziers, affirme le manager. Je sais ce dont nos joueurs sont capables. Avant ce match, nous étions prêts, nous le serons aussi en allant à Nevers. Ce sera un autre match contre un rival potentiel. À nous de garder notre place et d’avancer vers la qualification."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
S. C. (avec J.-P. D.)
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?