À Pau, quand la mêlée va, tout va...

  • À Pau, quand la mêlée va, tout va...
    À Pau, quand la mêlée va, tout va... Pablo Ordas
Publié le

Comme au match aller, les Béarnais ont dominé les Basques en mêlée et se sont imposés, 43-33, grâce, notamment, à un bon pack et à un Thibault Daubagna en forme.

Avec trente-trois pénalités sifflées, ce choc du « 64 » ne restera pas dans les mémoires comme un match d’un grand niveau technique. En quatre-vingts minutes, M. Poite aura usé de son sifflet à outrance, pour punir les gestes dangereux aperçus des deux côtés, les fautes paloises sur les ballons portés bayonnais, ou encore récompenser la domination des avants locaux face au pack basque en mêlée.

Comme à l’aller, le huit de devant de la Section a pris le dessus sur son vis-à-vis, et rapidement, la première ligne (Calles - Rey - Adriaanse) s’est montrée dominatrice et a permis à son équipe d’inscrire les premiers points de la rencontre. « La mêlée, c’est un de nos points forts depuis le début de la saison, rappelait Quentin Lespiaucq en conférence de presse. On essaye de s’appuyer dessus pour construire nos matchs, donc bien sûr, nous avions ciblé ce secteur. Nous avons été portés pendant 80 minutes, aujourd’hui, par une très bonne mêlée. Le seul regret, c’est la dernière à cinq mètres de la ligne (N.D.L.R. : où les Palois espéraient marquer l’essai du bonus). C’est dommage, mais j’espère qu’on ne s’en voudra pas, à la fin de la saison, de ne pas l’avoir mieux négociée. »

L’appétit vient en mangeant, et à Pau tout le monde aurait évidemment signé avant le match pour une victoire à quatre points. Mais face à l’Aviron, en dépit d’un succès bonifié, les Vert et Blanc ont une nouvelle fois rappelé qu’ils pourraient se baser sur un bon pack pour essayer d’aller chercher le maintien. « On savait qu’on était dominateurs par rapport à Bayonne dans ce secteur-là, poursuivait Geoffrey Lanne-Petit. Il fallait l’assumer et bâtir là-dessus. C’était un axe fort et on a su répondre présent. »

Thibault Daubagna assure

Dans la lignée de son paquet d’avants, Thibault Daubagna a aussi livré une grosse prestation. Titularisé à la mêlée pour la dixième fois cette saison, le numéro neuf a bien assuré les sorties de camp de son équipe (un domaine où les Bayonnais ont failli), a globalement livré une belle copie dans son jeu et le garçon formé au club a également pris à son compte le rôle de buteur, avec succès (6/7, son seul échec étant sur une pénalité excentrée). « Pour la première fois depuis deux ans, il a assumé le tir au but. Il a été exemplaire et a pris son rôle de leader d’équipe vraiment à cœur » saluait Geoffrey Lanne-Petit après la rencontre.

Précieux sur le terrain, le demi de mêlée a accompagné de la meilleure des façons le jeune Thibault Debaes (19 ans), qui devait conduire le jeu palois en l’absence d’Antoine Hastoy. « Il l’a soulagé, confirmait le coach des trois-quarts. Jale Vatubua a été, sur le plan défensif, monstrueux. Il a défendu pour deux. On savait qu’ils allaient cibler la zone du 10, donc on avait missionné Jale. Charly Malié, dans la conduite du jeu, a énormément pris le relais. Aujourd’hui, ces trois joueurs avaient pour but d’accompagner Thibault et de l’encadrer au mieux. » Debaes, soumis à une certaine pression compte tenu de l’enjeu du match, n’est pas tombé dans le piège et a assumé ses responsabilités. « Thibault a fait des choses simples, mais tout ce qu’il a réalisé, il l’a fait proprement, n’a pas surjoué et il a assumé le statut de numéro dix » analysait Lanne-Petit vendredi soir.
Dès la semaine prochaine, l’international moins de 20 ans pourra continuer son apprentissage aux côtés du champion du monde 2019 Elton Jantjies, dans la suite de cette opération maintien.

Le Bail encore décisif

Entré en jeu à dix minutes de la fin, Clovis Le Bail a une nouvelle fois été décisif dans un duel basco-béarnais. Bien servi par Charly Malié, il a fait parler sa pointe de vitesse pour inscrire le dernier essai de la Section (75e), alors que sur l’action précédente, les Bayonnais étaient revenus à trois points (36-33). À l’aller déjà, le numéro neuf avait fait mal aux Bleu et Blanc en marquant un essai en début de match sur une sortie de mêlée dans les 22 mètres adverses. Les confrontations entre les deux équipes du « 64 » lui réussissent. P. O.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pablo Ordas
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?