L'affiche du jeudi : Perpignan - Nevers

  • L'affiche du jeudi : Perpignan - Nevers
    L'affiche du jeudi : Perpignan - Nevers Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Mathématiquement assuré de finir dans les deux premiers, et donc d’accéder directement aux demies de Pro D2, Perpignan a rempli son contrat et son premier objectivement. Et ce, à trois journées du terme de la phase régulière. Une véritable performance. Jeudi dernier à Béziers, la jeunesse catalane a créé la sensation en s’offrant le derby (14-19). Malgré une équipe remaniée, avec plus d’une dizaine de joueurs cadres blessés et/ou mis au repos, l’Usap ne cesse d’impressionner sur cette fin de saison.

La force collective affichée par les Sang et Or semble redoutable. Désormais, le dauphin de Vannes va devoir gérer le mois et demi qui le sépare de son entrée en lice dans les phases finales. C’est ce que la formation roussillonnaise a commencé à faire du côté du stade Raoul-Barrière, en gonflant, notamment, sa moyenne de Jiffs. Pour la réception de Nevers, cette semaine, la donne devrait toutefois être différente.

Genesis Mamea Lemalu, Shahn Eru, George Tilsley, Davit Kubriashvili, Seilala Lam, Ben Volavola et autres Jeronimo de La Fuente devraient faire leur retour dans le groupe. À domicile, le staff catalan pourrait concocter son équipe-type du moment.

D’autant que l’Uson semble être un adversaire idéal pour préparer les échéances éliminatoires. Mais attention aux hommes de Xavier Péméja, qui n’ont plus rien à perdre lors du sprint final. « Il faut batailler, ne rien lâcher, et on verra ce qui arrivera. On n’est pas encore cuits, on est précuits. Mais tant que ça n’est pas mort, il faut y croire. Il faut qu’on finisse bien cette saison, pour l’image des joueurs, pour celle du club », rappelait le manager du club nivernais.

Septième au classement, Nevers est le seul club encore capable de bousculer la hiérarchie du top 6. Et de chiper, peut-être, la place de Grenoble. Malheureusement pour les coéquipiers d’Hugues Bastide, le revers à la maison contre Oyonnax (15-20) pourrait coûter très cher. À moins que ces derniers ne réalisent un exploit en Catalogne… E. V.

Emilien Vicens
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?