Les présidents discutent d'un Top 15 qui sauverait Pau, Bayonne et laisserait Agen en vie

  • Bernard Pontneau et Philippe Tayeb, présidents de Pau et Bayonne, pourraient voir d’un bon œil le passage à un Top15…
    Bernard Pontneau et Philippe Tayeb, présidents de Pau et Bayonne, pourraient voir d’un bon œil le passage à un Top15… Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Information Midi Olympique - Mercredi soir, les présidents de clubs étaient réunis pour la première fois autour de René Bouscatel, le nouveau patron de la LNR. La soirée fut semble-t-il agitée... et pourrait déboucher sur une mini révolution la saison prochaine.

La semaine dernière, Pierre-Yves Revol adressait un courrier aux trente présidents du rugby pro ainsi qu’à leur chef, René Bouscatel. Une missive au fil de laquelle « PYR » s’étonnait des décisions prises par le nouveau comité directeur de la Ligue, notamment sur le lieu de la finale de Pro D2 : aux yeux du patron du CO, le choix de Montpellier, une ville située à une heure de Perpignan et 900 kilomètres de Vannes, plaçait l’Usap de François Rivière, membre élu de ce comité directeur, dans une position beaucoup trop confortable face à l’équipe qui pourrait, sauf cataclysme, affronter les Sang et Or sur ce match.
Mercredi soir, alors que les présidents du rugby pro étaient réunis pour la première fois autour de René Bouscatel, l’histoire qui nous occupe aurait connu une suite. « Pierre-Yves (Revol) et René (Bouscatel) ont soldé les comptes, explique un témoin. Bouscatel lui a dit : « J’ai pensé beaucoup de choses de ton mandat (Revol fut président de la LNR de 2008 à 2012, N.D.L.R.). Mais j’ai toujours préféré t’en parler entre quatre yeux ou les garder pour moi, plutôt que de les coucher sur une lettre circulaire adressée à trente personnes. » Ce à quoi Revol aurait répondu : « On n’est pas là pour refaire l’historique, René. Ces premières décisions sont simplement de nature à interloquer le grand public, voilà tout. »

Un schisme chez les présidents

Que faut-il conclure de la passe d’armes entre ces deux figures des institutions ? D’abord, la dernière élection, qui a laissé Vincent Merling et ses soutiens sur le bord de la route, a créé un schisme au sein de la Ligue Nationale de Rugby et, fraîchement élu, René Bouscatel doit aujourd’hui composer avec une opposition qu’il n’avait probablement pas imaginée si vivace. Ensuite, le seul terme de « Montpellier » peut suffire à déclencher, du côté des présidents, une éruption volcanique.

En offrant la finale de Pro D2 au club de Mohed Altrad, premier sponsor de la FFR, les membres du comité directeur ont sans le vouloir dégoupillé une grenade. Mercredi soir, après que le vice-président du RC Vannes François Coville ait lâché à ses pairs que cette décision était « inéquitable », la directrice du MHR Jessica Casanova (elle représente Mohed Altrad lors des réunions de présidents) aurait alors tenu à prendre la parole pour calmer les ardeurs des présidents complotistes. Un autre témoin raconte : « Casanova a assuré que le MHR n’aurait pas candidaté pour la finale de Pro D2 s’il n’avait pas reçu, bien avant l’élection de René (Bouscatel) à la LNR, un coup de fil de la Ligue pour lui dire que postuler à la finale serait une bonne idée. Elle a donc demandé à ce que les gens arrêtent de hurler au complot dès qu’il s’agit de Montpellier. Parce qu’on ne peut pas taxer Paul Goze et ses équipes de complaisance envers Mohed Altrad, n’est-ce pas ? »

De toute évidence, la prise de parole de Jessica Casanova eut le mérite d’apaiser un débat houleux que René Bouscatel scella en assurant que le choix de Montpellier (Toulouse et La Rochelle étaient aussi candidats) s’était fait sur un critère objectif, le dossier héraultais permettant à la Ligue une économie de plusieurs milliers d’euros sans offrir à l’Usap un avantage évident, les chances de voir du public dans les stades début juin étant à ce jour infimes.

Un passage au Top 15 et une pro D2 à 17 ?

Autour de René Bouscatel, la soirée « petits meurtres entre amis » se serait terminée sur un appel à l’aide du président de Soyaux-Angoulême Didier Pitcho qui demanda à ce que les dix clubs (lesquels ?) s’étant un temps prononcés pour un passage du Pro D2 à dix-huit clubs le soutiennent dans sa démarche. Une descente en Nationale pourrait avoir à ses yeux une incidence catastrophique pour son club, lequel serait alors menacé de « dépôt de bilan » (tels furent ses termes, si l’on en croit plusieurs témoins).
Dans son appel au secours, Pitcho fut alors relayé par Philippe Tayeb (Bayonne) et Bernard Pontneau (Pau) : ceux-ci, considérant une hypothétique descente comme inéquitable tant la saison sportive fut accidentée (Pontneau aurait parlé de « boucherie » sur le plan économique, si son club était rétrogradé), auraient respectivement demandé un passage au Top 16 et un gel du championnat.
Seront-ils entendus ? Il semblerait, oui. En coulisses, il se murmure aujourd’hui que si un Pro D2 à dix-sept clubs voyait le jour la saison prochaine (maintenant au passage Soyaux-Angoulême en Pro D2), il pourrait être suivi par un élite au format «Top 15» où Agen, passé de relégué à barragiste, jouerait un match de la muerte face au finaliste malheureux de la ProD2.
Dans ce cas, Bayonne et Pau seraient maintenus sans passer par la case « barrage ».

Attention : cela ne veut pas dire que ça se fera. Mais le comité directeur de la Ligue travaille bel et bien sur ce double projet (Top 15 et Pro 17) pour la saison prochaine, avant un retour à la normale prévu pour l’exercice 2021/2022. Le plus dur sera de convaincre le diffuseur et les clubs ne souhaitant pas partager l’enveloppe des droits télés en 32 parts égales, contre 30 actuellement….

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Marc Duzan
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (3)
allezSUA Il y a 1 année Le 26/04/2021 à 13:24

Pas de panique !!!!
Un barrage contre une équipe de Fédérale 2, ça passerait peut-être pour Agen.
Mais contre Vannes ou l'USAP, ce serait encore une branlée assurée.
Assez ridicules pour cette saison, arrêtons le massacre.

Eric64 Il y a 1 année Le 26/04/2021 à 09:03

Super idée ! Quand on voit la qualité des matchs de bas de tableau (surtout Agen que l'on veut sauver), les impasses, les doublons,... J'ai vraiment hâte d'aller payer un abonnement plein pot. On comprend mieux pourquoi Canal + a tout fait pour récupérer les droits du foot.

levannetais Il y a 1 année Le 25/04/2021 à 17:51

Tout simplement incroyable !!! inoui !!! que ne ferait on pas pour sauver le petit copain . Mais ou est passé le sportif dans tout ça?
Avec trente matchs c'était déjà long et dur pour les clubs qu'en sera t- il avec trente quatre matchs. Tout cela pour sauver un club de la relégation.