Rouen - De la tête et du pack

  • De la tête et du pack
    De la tête et du pack Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

On était inquiets pour Rouen avant le coup d’envoi. Les Normands s’étaient mis dans le pétrin avec trois défaites d’affilée. Force est de constater que Richard Hill avait bien préparé son match. Rouen a été meilleur que le leader.

Au soir de cette victoire salvatrice, on entendra mille choses. Perpignan est venu avec l’équipe bis et sans envie, ils ont étés trop pénalisés, mais c’est surtout Rouen qui a pris l’enjeu par le bon bout. De l’envie, de l’intensité, du jeu rapide, Perpignan a été dépassé.

Richard Hill avait bien vu que Perpignan avait toujours du mal à démarrer ses matchs, et avec un 16-0 à la 22e, les Normands ont bien appliqués les consignes. Plus rapide, plus tonique, le XV local a étouffé l’Usap, sortant vite les ballons, gagnant des mètres par un Mapapalangi des grands soirs (notamment sur le premier essai) fixant la défense et libérant proprement ses ballons.

Côté catalan, rien en première mi-temps, le vide, tandis que Rouen déroule, marquant un essai, et ajoutant la transformation et quatre pénalités, une de Lydon et le reste par Michallet (auteur de 23 points).
Ce dernier, surnommé « Le Général », a mérité ce vendredi soir sa cinquième étoile, tant sa prestation XXL est encore à relever. Rouen est bien heureux de le conserver encore deux saisons.
On peut aussi applaudir la mêlée rouennaise, qui a enfoncé la catalane, récoltant pénalité sur pénalité (16 pénalités contre l’Usap et un jaune sur le match).

Bien sûr, Rouen a connu son moment habituel de relâchement, Peleseuma lâchant une passe, alors qu’il aurait pu continuer à avancer. Il n’en fallait pas moins à Dubois pour l’intercepter et filer à l’essai sur une course de 70 mètres.

Quatre joueurs du cru à Rouen

Cette seconde période permet donc à l’Usap de se remettre dans le match, mais Michallet enquille, et même le second essai catalan, suite encore une fois à un trou béant laissé dans la défense par la ligne normande, dont le jeune Jeune-Joly a bien profité. On note d’ailleurs la belle rentrée du duo Jeune-Joly - Olender, deux pépites encore à polir, mais gage d’un bel avenir pour les Catalans.

Du côté rouennais, on avait à nouveau quatre joueurs du cru au coup d’envoi, une fierté pour Jean Leleu, qui parle de « victoire à domicile à Mermoz pour sûrement la dernière fois (Rouen devrait jouer à Diochon l’an prochain, N.D.L.R.) face au leader, c’est juste fou », ajoutant « on a su garder la tête sur les épaules, on réalisera demain l’exploit qu’on vient de faire. » Grise mine pour Patrick Arlettaz, bien déçu de son côté, notamment du contenu, « on a été en réaction, c’est un mauvais match. On avait l’intention de faire mieux, ça fait tâche. C’était pourri, on ne va pas en parler deux heures. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Gaël Lecoeur
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?