Valence-Romans : une victoire pour rien ?

  • Valence-Romans : une victoire pour rien ?
    Valence-Romans : une victoire pour rien ? Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Les drômois ont fait ce qu’il fallait mais restent en zone rouge. ce succès entretient malgré tout l’espoir d’un maintien ...

Malgré sa victoire face à Nevers, Valence-Romans reste toujours relégable. « Je ne sais pas quoi vous dire. C’est le rugby, c’est la vie, le sport de haut-niveau. On a fait le job ce soir, les autres équipes aussi, maintenant, il faudrait un miracle… C’est dur, on est tous abattus car on ne s’attendait pas à ce scénario-là » (victoire d’Aurillac à Colomiers, N.D.L.R.). Johann Authier a du mal à cacher sa déception. Oui, les Damiers ont fait le job, une nouvelle fois, leur état d’esprit a été remarquable. Ils sont allés chercher un succès qui semblait compromis à la 45e (17 -23), après une entame de deuxième période catastrophique. À l’instar de la victoire obtenue quelques semaines en amont face à Vannes, ils ont mis le bleu de chauffe et terminé sur les chapeaux de roues.

Le réalisme de la première période

Qu’elle fut compliquée cette première période, surtout les 20 premières minutes, où les coéquipiers d’Alexis Armary, en difficulté en touche, manquant de rythme, avaient bien du mal à contenir les velléités nivernaises. Cette domination sans partage était concrétisée au tableau d’affichage dès la 13e. Le réalisme était du coté des Drômois, un essai casquette de Jenneker (17e) et une superbe attaque des lignes arrières conclue par Mensa, leur permettaient de virer en tête (17 -13).

L’apport du banc

L’entame de la deuxième période était catastrophique pour les hommes de Johann Authier. En trois minutes, Nevers profitait d’une multitude d’erreurs, d’approximations défensives pour prendre les devants. Une nouvelle fois, le salut venait du banc. À l’image de Dougall qui prolongeait la relance de Barrière des 22 mètres drômois, Javaux réglait la mire et punissait les Nivernais de leur indiscipline. La puissance de Van Lill remettait le pack dans l’avancée. Son essai la 70e était la juste récompense de ses efforts. Un succès salué par Johann Authier : « C’était encore un match hyper engagé, d’un très bon niveau et Nevers en face a répondu présent. On va panser les plaies et se remettre au travail pour essayer de bien finir. Cette saison je n’ai rien à reprocher au staff ni aux joueurs. Le projet n’est pas remis en question. On fera le bilan après la dernière journée. On va se battre jusqu’au bout, comme on l’a toujours fait et essayer de prendre du plaisir. On n’a rien lâché, nous serons fidèles à notre image jusqu’au bout. »

Du côté de Xavier Péjéma, c’était la soupe à la grimace : « On ne joue plus. Il n y a pas de détermination, de fierté, de plaisir, c’est terrible… »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Denis Ravanello
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?