La Rochelle reste maître de son destin

  • Les Rochelais veulent profiter d’un calendrier abordable pour sécuriser leur place dans les deux premiers. Photo Icon Sport
    Les Rochelais veulent profiter d’un calendrier abordable pour sécuriser leur place dans les deux premiers. Photo Icon Sport
Publié le

Les yeux rivés sur la finale de Champions Cup, les Rochelais doivent toutefois vite effacer le double zéro pointé des derniers jours pour garder la main, dans l’optique d’une qualification directe en demi-finale du Top 14.

D’aucuns disent que le staff jaune et noir joue avec le feu. En remaniant dans les grandes largeurs son effectif chargé de défier Montpellier puis Brive, Jono Gibbes et consorts ont pris à contre-pied nombre d’observateurs et de supporters. Si, sur le papier, la fenêtre semblait idoine pour asseoir encore davantage la position du Stade rochelais au classement, le clan maritime y a surtout aperçu, en point de mire, le tant convoité trophée de la Champions Cup. Quitte à prendre le risque de faire du sur-place, dans son championnat domestique, et de mettre en danger son statut de dauphin du Top 14. "L’objectif, c’est d’être prêt pour la finale, il ne faut pas se le cacher. Cette finale, on l’a dans un coin de la tête, plaidait l’entraîneur adjoint des trois-quarts, Sébastien Boboul, entre les deux voyages à vide dans l’Hérault (32-22) et en Corrèze (24-12). On ne fait aucune impasse mais on veut arriver avec le maximum d’énergie et de force pour ce match-là. Le plan est que tous les joueurs doivent être au maximum de leur forme, c’est une certitude. Ces trois matches en une semaine ont changé la donne sur les compositions. On essaie au mieux de gérer l’effectif pour éviter de blesser des joueurs, préserver les organismes, et pour donner du temps de jeu à d’autres. Les équipes sont fait en conséquence pour qu’on soit prêts. Tout le monde doit être concerné." Ce samedi, à une semaine de l’historique rendez-vous programmé à Twickenham face au Stade toulousain, le staff maritime devrait cette fois s’appuyer sur la majorité de ses cadres.

"On a un petit fauteuil"

L’enjeu est doublement important. Au-delà de représenter la dernière répétition à balles réelles avant la finale, la réception d’Agen doit permettre à La Rochelle de relancer le compteur points à trois journées de la fin de la phase régulière du Top 14. Le bonus offensif est naturellement visé face à une lanterne rouge qui n’a toujours pas gagné le moindre match, cette saison, et reste sur une raclée (7-47) dans le duel de mals classés face à Pau. La section que Deflandre attend, aussi, dans deux semaines, avant un ultime déplacement du club à la caravelle sur la pelouse de Clermont. "Malgré le fait qu’on ait un bon calendrier, on ne peut pas se louper", souligne à juste titre Wiaan Liebenberg, propulsé capitaine à Brive, mardi dernier. Pour autant, et aussi c’est la raison pour laquelle le staff a cocooné la (très) grande majorité de ses cadres pendant dix jours, La Rochelle garde bel et bien son destin en main pour éviter la case barrage et rallier directement le dernier carré du Top 14. "On a un petit fauteuil qui n’est pas épais mais on a toujours ces trois points d’avance (sur le Racing, 3e, N.D.L.R.), appuie Sébastien Boboul. On sait qu’il y a la pression derrière, on regarde le calendrier de chacun. Il faut aller prendre des points à l’extérieur et gagner nos deux derniers matches à domicile. Tout le monde en est conscient." Conscient, aussi, que le moindre faux pas de ses proches poursuivants leur faciliterait la tâche.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Romain Asselin
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?