Tony Gigot désormais toulousain

  • Le président du Toulouse olympique XIII, Bernard Sarrazain, a remis le maillot à Tony Gigot qui le portera probablement lors du match face à Swinton le 22 mai. Photo TO XIII Le président du Toulouse olympique XIII, Bernard Sarrazain, a remis le maillot à Tony Gigot qui le portera probablement lors du match face à Swinton le 22 mai. Photo TO XIII
    Le président du Toulouse olympique XIII, Bernard Sarrazain, a remis le maillot à Tony Gigot qui le portera probablement lors du match face à Swinton le 22 mai. Photo TO XIII
Publié le

Après une saison 2020 compliquée, Tony Gigot a retrouvé son club formateur d’Avignon et le championnat d’élite 1. Contacté par le Toulouse olympique, le Vauclusien s’est engagé pour un an. Il souhaite mener le TO en Super League.

Dans l’histoire du rugby à XIII, Tony Gigot est lié à jamais à ce mémorable samedi 25 août 2018 à Wembley. Ce jour-là, les Dragons catalans ont réalisé la plus belle performance de leur histoire en remportant la Cup, aux dépens de Warrington.

Dans cet exploit XXL, l’arrière, Tony Gigot, le désormais sociétaire du Toulouse olympique avait sacrément apporté sa pierre à l’édifice de la victoire. D’ailleurs, il avait été élu par le très exigeant jury anglais "homme du match", raflant au passage le "Lance Todd Trophy", une récompense très, très prisée de l’autre côté de la Manche. Pour la petite histoire, jamais, un treiziste français n’avait connu une telle distinction. "La finale de la Cup, ça reste un moment inoubliable, soutient le nouveau toulousain. C’était magique. Surtout, nous étions cinq Avignonnais à être sur la feuille de match dont Benjamin Garcia l’actuel capitaine des Dragons, Fouad Yaha, Benjamin Jullien, Mickael Goudemand et moi-même. Cinq joueurs à avoir été formés au SOA, ce n’est pas une petite performance."

C’était à l’époque, une période faste, radieuse. Lors de la mise en place de la saison 2020, Tony rejoint l’ambitieux Toronto nouvellement promu en Super League. Malheureusement, l’aventure de l’autre côté de l’Atlantique tourne court, la crise sanitaire frappe de plein fouet la franchise canadienne et elle ne s‘en relèvera pas. En cours de saison, il quitte le Canada et rebondit à Wakefield.

"J’avais perdu toute envie de jouer"

Après avoir gratté quinze feuilles de matchs avec le club du Yorkshire, l’Avignonnais décide de résilier son contrat. "J’avais perdu toute envie de jouer, le ressort était cassé. Je suis retourné avec ma famille à Avignon." Outre ses proches, Il retrouve également son club formateur. Les dirigeants vauclusiens lui proposent de se refaire une santé morale au sein de l’Élite 1.

Dans l’hypothèse qu’un club de Super League ou de Championship le sollicite, il retrouverait alors son autonomie. "Au SOA, j’ai retrouvé mes amis, Renaud Guigue qui est un excellent entraîneur, mes repères et surtout le plaisir de rejouer", ajoute-t-il. Lorsque les dirigeants toulousains et le président, Bernard Sarrazain l’ont contacté, Tony n’a pas hésité, une seule seconde. "Déjà, Toulouse n’est pas loin d’Avignon, ce qui est pour moi rassurant. Au sein du Toulouse olympique, il y a un beau challenge à relever avec cet objectif d’accéder en Super-League. Personnellement, j’ai envie de participer à ce projet, de m’investir dans cette belle aventure sportive. Au sein du club, je retrouve des anciens coéquipiers comme Eloi Pélissier, Rémi Casty avec qui j’ai d’excellents souvenirs au sein des Dragons. De plus, des anciens adversaires vont devenir mes coéquipiers, je pense à Dominique Peyroux, Joseph Paulo, Sam Garbutt."

Mardi, l’Avignonnais a participé à son premier entraînement et effectué sa première prise de contact avec ses nouveaux partenaires. Il devait effectuer ses grands débuts dimanche à Whitehaven. Or, une légère lésion au niveau des obliques l’oblige à différer sa première participation officielle sous le maillot bleu toulousain. Normalement, le 22 mai lors de la réception de Swinton, Tony serait bon pour le service. Après une précédente saison très morose, l’ex ouvreur ou arrière des Dragons veut donner des couleurs aux maillots bleus, celui du Toulouse-olympique et de l’équipe de France. La participation au mondial 2021, voilà une autre motivation pour Tony, désormais toulousain.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Didier NAVARRE
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?