Bourdon : « J’ai besoin de concurrence pour me relancer »

  • Pauline Bourdon.
    Pauline Bourdon. Midi Olympique - Baptiste Barbat. - Midi Olympique - Baptiste Barbat.
Publié le

À 25 ans, la demi-de-mêlée du XV de France a décidé de changer de club et donc de vie, un fait rare dans l’Élite féminine. Elle retrouvera les anciennes bayonnaises Céline Ferrer et Camille Cabalou mais surtout sa principale concurrente en Bleu : Laure Sansus.

Pauline, pourquoi avez-vous décidé de quitter Bayonne pour le Stade toulousain ?

Ce n'était pas un choix facile, j'ai passé 8 années formidables à Bayonne. C'est beaucoup de tristesse de partir, mais je pense que j'ai fait le tour à Bayonne, j'ai besoin de renouveau et de concurrence pour pouvoir me relancer. C'est un défi personnel et ma décision est sportive.

 

Avec le Stade toulousain, vous devenez une candidate au titre de championne de France...

Oui, il y a de ça dans ma décision. J'ai d'autres ambitions et j'ai vraiment envie d'être championne de France un jour. Je sens que Toulouse a tous les atouts pour le devenir. Les infrastructures sont tops. Sur place je vais retrouver mes anciennes partenaires Céline Ferer et Camille Cabalou. Mais aussi Gaëlle Hermet et bien d'autres copines que je connais de l'équipe de France. Il n'y a pas de raisons que je ne m'acclimate pas.

 

En parlant de titre, vous croiserons-t-on du côté de Bordeaux pour la demi-finale entre Toulouse et Blagnac samedi prochain ?

Oui oui évidemment, j'irai voir ce match et la finale qu'importe l'affiche.

 

Vous n'avez connu qu'un seul club à l'âge adulte, à quel point l'AS Bayonne est importante pour vous ?

Quand je quitte Limoges en 2013, je pars pour une région que je ne connais pas du tout. Tout de suite, l'entraîneur Jean-Michel Gonzalez m'a accueilli chez lui pendant un an. Et puis j'ai tout connu là-bas, ma première sélection en équipe de France jeune, puis ma première sélection chez les A en 2015 contre l'Angleterre. Deux titres de championnes de France de deuxième division (2014 et 2017) qui resteront vraiment deux moments forts de ma vie bayonnaise. Les personnes au club ont fait beaucoup pour moi, ils m'ont fait progresser dans le jeu, mais aussi en tant que femme. C'est forcément très dur de partir mais peut-être qu'un jour j'y reviendrai.

 

Propos recueillis par Baptiste BARBAT.  
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?