Espoirs nationaux : Blagnac, champion dans le vent

  • Espoirs nationaux : Blagnac, champion dans le vent
    Espoirs nationaux : Blagnac, champion dans le vent DR - DR
Publié le

Tenus en échec une mi-temps par de valeureux Suresnois qui ont bien mérité leur place de dauphin, les Blagnacais, comme en demi-finale, ont effectué un véritable cavalier seul après la pause.

Le souffle d’Eole venait du nord hier après-midi. Comme l’opposant des Blagnacais d’ailleurs. Mais il en aurait fallu beaucoup plus qu’un choix des plus atypiques des "gagnants" du toss pour déboussoler une formation qui avait déjà connu ce cas de figure une semaine plus tôt à Frontignan. Hé! oui, comme Aubenas-Vals, Suresnes a choisi de bénéficier de l’appui du vent. De quoi mettre sur orbite, certes, un artilleur de grand talent tel que Caugnon.

Mais ni les quatre missiles expédiés par le demi d’ouverture en question, ni les ballons récupérés à grand renfort d’héroïsme au cœur du dispositif n’ont compensé l’emprise formidable des futurs lauréats de la compétition. "Nous sommes tombés sur une machine", reconnaissait avec une sportivité exemplaire Emmanuel Lefèbvre, l’un des coachs de ceux qui n’ont pu que retarder l’échéance.

Pour Cédrick Pujos...

Une machine d’autant plus redoutable qu’animée d’un supplément d’âme. " Nous étions en mission" expliquait Pierre Alvarez, très ému de voir à quel point ses protégés s’étaient surpassés pour rendre le plus émouvant des hommages à Cédrick Pujos, disparu durant l’hiver. Un groupe en partie orphelin peut-être, mais nullement dépourvu, en revanche, de sens tactique. Et pour cause. Deux essais, ceux du break en l’occurrence (14-12, 21-12, puis 28-12), ont été inscrits en infériorité numérique, au tout début du deuxième acte. De même, c’est à quatorze contre quinze que les Caouecs ont repoussé l’assaut altoséquanais synonyme de toute dernière petite chance, à l’heure de jeu. "Blagnac trop puissant" pour parler comme les jeunes d’aujourd’hui. Et plus encore, poussé par la bise vers une victoire incontestable. Rien de tel pour refroidir les ardeurs adverses !

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Philippe ALARY
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?