Guitoune : « On a espéré aller à Twickenham toute la semaine… »

  • Guitoune : « On a espéré aller à Twickenham toute la semaine… »
    Guitoune : « On a espéré aller à Twickenham toute la semaine… » Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Je dois reconnaître qu’avec tous les autres joueurs hors groupe, nous avons été assez frustrés de ne pas pouvoir accompagner l’équipe en finale de Champions Cup pour les supporter. Comme on ne pouvait pas les accompagner, on a soigné leur départ à l’aéroport. On avait déjà fait ça à l’occasion du quart de finale européen contre Clermont. Sauf qu’il n’y avait que les joueurs, les dirigeants et les employés de bureau… On leur avait fait une haie d’honneur avec deux ou trois fumigènes et des tambours. On était une quarantaine. L’idée venait de Thomas Ramos. Et là, pour la finale, c’est Julien Marchand qui voulait marquer le coup. Julien en avait gros sur la patate à cause de sa suspension alors il a pris les choses en main. Il a contacté les associations de supporters, les bandas, et on s’est retrouvé à faire un véritable cortège pour aller à l’aéroport. Il y a même Dorian Aldegheri qui a rameuté son groupe de "bikers" ! Au lieu de cinq minutes, on a mis une bonne demi-heure pour y aller d’ailleurs, on a presque créé un bouchon sur la rocade ! De notre côté, on a espéré toute la semaine pouvoir aller à Twickenham…

Mais cela n’a pas pu se faire. Alors nous nous sommes retrouvés entre nous, ainsi qu’avec d’autres anciens joueurs qui ont eu l’honneur de remporter cette coupe par le passé. On a ensuite attendu leur retour au stade Ernest-Wallon, et on a fêté ça dignement avec nos familles jusqu’à lundi. Et mardi la reprise ! On ne pouvait pas pousser la fiesta plus que ça… Ce n’est pas facile de voir les copains remporter un titre. Mais entre joueurs blessés, on ne parle pas trop de notre douleur. On est plutôt pudique sur ce sujet. C’est douloureux, même si on est très heureux pour les copains.

La blessure, ce n’est jamais facile à gérer. J’étais aux côtés de Yoann Huget quand il s’est rompu le tendon d’Achille. C’était un moment particulier, parce qu’on a commencé le rugby pro ensemble à Agen. On s’est tout de suite entendus, on avait 18 ou 19 ans. Finir sur blessure, c’était la plus grande hantise de Yoann. Finir sans pouvoir dire au revoir. Mais son tendon d’Achille le faisait souffrir depuis 2007. C’est déjà pour cette raison qu’il n’avait pas joué contre le Munster. Certains ont dit qu’il aurait pu faire l’effort… sauf que le chirurgien, lui, voulait l’opérer directement tellement c’était sérieux ! Mais il lui fallait trois mois de rééducation, et il n’avait pas ces trois mois. Il n’a pas vraiment choisi sa sortie, et je suis déçu pour lui.

Midi Olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?