Hugo Dupont : « Nous avons été des grands hommes »

  • Hugo DUPONT - Arrière de Bourg-en-Bresse.
    Hugo DUPONT - Arrière de Bourg-en-Bresse. - JEAN FRANCOIS BASSET
Publié le

La fierté du devoir accompli jusqu’au bout. Voilà le message passé par le capitaine, au milieu d’une foulée passionnée sur le terrain de Pierre-Rajon.

Question facile après une finale gagnée : quelles sont les sensations qui prédominent ?

Quand il y a beaucoup de joie qui s’accumule, c’est bizarre. Il y a presque moins d’explosion que la semaine dernière où c’était un objectif, une pression énorme. Mais je suis content parce que nous avons été fidèles à nous-mêmes. Je trouve que c’est ce qui est important dans la vie, d’être fiables. C’est ce que j’ai dit aux mecs. Cette semaine nous avons été encore des grands hommes parce que nous avons préparé le match sérieusement. Et on a fait un match encore très collectif, sans être parfait bien sûr, engagé et c’est pour ça que les gens nous aiment. Le bouclier, c’est vrai que c’est super. On ne pouvait pas faire mieux parmi tous les candidats au début de la saison. C’est cool et nous en sommes très heureux.

Sur le match, le secteur de la discipline fait-il la différence ?

Je crois que nous avions surtout deux équipes en bout de championnat, assez fatiguées, on ne va pas se mentir. Mais deux équipes aussi très généreuses, qui avaient accumulé beaucoup de confiance. On l’a senti. En face, ils n’avaient pas peur de faire des séquences sans aucun complexe. De plus, on se tire un peu une balle dans le pied en prenant un essai à la 3e minute. Mais comme souvent, peu importe le scénario, nous n’avons pas paniqué. Je trouve que nous n’avons pas été si récompensés que ça sur les contests. Je pense surtout que nous avions un poil plus de certitudes. Il y a quand même dix points d’écart. Et en restant humble, je pense que ce titre n’est pas volé.

L’équipe qui avait le plus de coffre - peut-être qui avait aussi laissé le moins de plumes dans les festivités de la montée - a fait la différence ?

Les mecs qui n’ont pas joué la semaine dernière ont eu un apport considérable. Il y avait des mecs hyperdéçus la semaine dernière. On a toujours revendiqué le fait de fonctionner en mode groupe très large, très équilibré, très homogène et aujourd’hui, nous avons ce bénéfice. Je pense à Loïc Baradel qui fait un super match, à la première ligne titulaire avec deux piliers qui n’avaient pas joué la semaine dernière. C’est aussi ça mon grand bonheur, voir des mecs qui tirent pour le groupe et peu importe ce qu’il se passe, qui essaient juste de faire le mieux quand l’occasion est donnée. Je trouve que c’est très riche d’avoir cela.

Avez-vous le sentiment de remettre le club à la place où il doit être ?

Oui, finalement, dans l’histoire, le club a passé davantage de temps en Fédérale 1 qu’en Pro D2. Nous avons un rêve, celui d’installer ce club en deuxième division. Comme l’a dit le cinéaste Xavier Dolan, tout est possible à qui rêve, ose, travaille et n’abandonne jamais. On rêve de ça. Nous espérons regarder les autres équipes de Pro D2 dans les yeux mais si tu me le permets, nous allons nous reposer un petit peu avant. Car c’était quand même fatiguant (rires). Propos recueillis par Ju. P.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Midi-Olympique.fr
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?