Un homme dans le match : Gaël Fickou sans pitié

  • Le centre international a parfaitement lancé les siens.
    Le centre international a parfaitement lancé les siens. Abaca / Icon Sport - Abaca / Icon Sport
Publié le , mis à jour

Passé d'un camp à l'autre en plein milieu de la saison, Gaël Fickou était attendu au tournant lors de ce barrage/derby entre le Racing et le Stade français. Il a répondu présent et aider à la qualification des siens (38-21), dans le dernier carré.

Il était attendu, Gael Fickou a répondu présent dans ce derby si particulier pour lui. Passé du Rose au Ciel et blanc après le Tournoi des Six Nations, le centre international affrontait ses ex-coéquipiers pour la première fois. Un match à enjeu dans un barrage pour décrocher une place en demi-finale.

On aurait pu se poser des questions sur la charge émotionnelle de cette opposition dans l'esprit du Varois d'origine, mais ce dernier les a balayés dès la cinquième minute. À l'issue d'un ballon porté dominateur à cinq mètres de l'en-but du Stade français, Maxime Machenaud lance Gaël Fickou en premier attaquant. Le numéro 12 des Ciel et Blanc gagne son duel avec Jonathan Danty à la faveur d'un raffut inspiré, pour marquer le premier essai de la rencontre, entre les poteaux.

Efficace en attaque, précieux en défense

Idéal pour lancer un Racing, qui on le sait, dispose d'une des plus belles lignes de trois quarts du championnat, voire du monde. Elle se (re)met d'ailleurs en évidence peu de temps après puisque après un renversement de Russell, Fickou parvient à fixer parfaitement pour son compère de l'aile Teddy Thomas, qui marque en coin.

Brillant offensivement en début de match, Fickou a surtout abattu un gros travail défensif. D'abord sur Danty, son adversaire direct, qu'il a muselé durant toute la rencontre. Mais aussi sur la charnière adverse, en tant que leader d'une défense agressive qui a mis beaucoup de pression sur la paire Hall-Segonds, les empêchant de conduire le jeu du Stade français correctement. Avec cette victoire 38-21, les Racingmen rejoignent La Rochelle en demi-finale, un niveau que Gael Fickou n'a pas goûté depuis la saison 2014-2015, avec Toulouse à l'époque.

Jules Poquet
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?