Un si particulier Tournoi pour les moins de 20 ans

  • Après avoir gagné le championnat Espoirs face à Perpignan, Théo Ntamack s’envolera pour Cardiff mercredi pour une nouvelle aventure avec les Bleuets.
    Après avoir gagné le championnat Espoirs face à Perpignan, Théo Ntamack s’envolera pour Cardiff mercredi pour une nouvelle aventure avec les Bleuets. - Stéphanie Biscaye
Publié le

L’équipe de France des moins de 20 ans s’envolera mercredi pour Cardiff pour disputer son Tournoi des 6 Nations 2021 dans une configuration inédite.

Elle trépigne d’impatience. La relève tricolore, réunie à Marcoussis pour le stage de préparation au Tournoi des 6 Nations, est dans les starting-blocks, toute heureuse de retrouver le maillot bleu et la compétition, puisque la crise sanitaire avait entraîné l’annulation de la Coupe du monde 2020 mais aussi le report du Tournoi 2021. Cette génération aurait pu être sacrifiée sur l’autel du principe de précaution. Elle se prépare finalement à prendre l’avion pour le pays de Galles où elle va disputer un Tournoi des 6 Nations inédit puisque tous les matchs auront lieu à Cardiff. Le manager Philippe Boher détaille le début de cette compétition qui débute samedi avec au programme cinq matchs en 25 jours pour un dénouement le 13 juillet : « Nous arrivons mercredi où nous allons être placés en quarantaine pendant dix jours pour respecter les mesures sanitaires locales. Nous ne pourrons sortir de nos chambres que pour nous entraîner et disputer nos deux premiers matchs. Pendant cette période, les repas devront aussi être pris individuellement, chacun dans sa chambre.» 

Un début de programme qui s’annonce peu réjouissant pour des garçons de moins de 20 ans qui vont devoir se plier à ce nouveau confinement tout en affrontant l’Angleterre samedi prochain, lors d’un premier match très attendu face à une équipe qui a déjà joué trois matchs de préparation, puis l’Italie le 25 juin. « Il faut savoir tirer le positif de cette situation inédite, poursuit Philippe Boher, les joueurs n’auront que le rugby en tête pendant cette période-là. » 

D’autant plus que le manager des Bleuets a été rassuré par l’état d’esprit de son groupe depuis le début du stage au CNR de Marcoussis malgré les impératifs sanitaires comme il le confiait sur le site de la Fédération : « On sent un véritable enthousiasme général à l’approche de cet évènement majeur pour eux […] Sans vouloir paraître prétentieux ni ambitieux, nous avons discuté avec les leaders de notre groupe bien sûr afin de partager les objectifs. Il en est ressorti qu’ils ont véritablement envie de remporter la compétition et c’est tout à fait normal. Maintenant, il ne faut pas être présomptueux, nous rencontrons les Anglais lors de la première rencontre. Avant toute chose, nous allons nous concentrer sur ce match face à une équipe qui s’est préparée chez elle en rencontrant deux fois les Gallois et à une reprise l’Écosse. Dès lors, nous savons qu’ils seront affûtés. L’objectif est donc de tout mettre sur ce premier match pour tenter de faire quelque chose. »

Une bonne osmose

Les jeunes tricolores veulent imiter les générations précédentes qui ont remporté deux Coupes du monde consécutivement alors ils n’hésitent plus à afficher leurs ambitions à l’image du Rochelais Matthias Haddad-Victor qui était du titre mondial de 2019 : «Il y a beaucoup d’envie et cela se ressent énormément. À la fin des entraînements, on tire tous la langue. On se donne à fond, personne ne triche. Il y a une bonne dynamique dans le groupe. Et je pense que cela crée une bonne osmose pour aller chercher le petit détail qui fera la différence pour remporter le titre.» 

Les Bleuets sont donc enthousiastes avant leur départ pour Cardiff même si ce Tournoi des 6 Nations pourrait être surprenant puisque Philippe Boher sait qu’il ne sera pas facile de gérer le groupe pendant cette compétition. Avec ce format similaire à celui des Coupes du monde, il sait bien que les blessures sont fréquentes. « Nous avons la chance de bénéficier d’un groupe élargi en raison des conditions sanitaires et du fait que nous allons accumuler un grand nombre de rencontres sans pouvoir faire beaucoup de rotations et notamment changer des joueurs en faisant appel à des garçons restés en France en raison de la quarantaine. Il y aura inévitablement du turn-over, une partie du groupe préparera un match lorsqu’une autre partie en préparera un autre.» En espérant que cela ne nuise pas à la belle cohésion affichée sur la ligne de départ.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Nicolas AUGOT
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?