Carbonel, une ardoise italienne à effacer

  • Carbonel, une ardoise italienne à effacer
    Carbonel, une ardoise italienne à effacer Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Soumis à la concurrence de Ntamack et Jalibert, il a eu peu d’occasions de séduire le staff des Bleus. Et reste même sur une entrée ratée en ouverture du Tournoi 2021 qui lui avait coûté cher.

Dire que Louis Carbonel n’a pas encore gagné la pleine confiance de Fabien Galthié ressemble à un doux euphémisme. Plusieurs raisons à cela. La première, et c’est la principale, demeure qu’il doit faire face à la concurrence de Romain Ntamack et Matthieu Jalibert, lesquels ont indéniablement une longueur d’avance dans l’esprit du sélectionneur. Du coup, l’ouvreur toulonnais n’a eu que des miettes à se mettre sous la dent au niveau international. Les chiffres le prouvent : trois petites apparitions sous le maillot du XV de France, toutes comme remplaçant. Le problème étant aussi qu’il n’a, jusque-là, pas réussi à tirer son épingle du jeu lors de ses maigres minutes passées sur le terrain. Attention, tout est à relativiser.

Le talent de l’enfant du RCT n’est absolument pas à remettre en cause et le contexte, quand on est dans sa situation, pousse parfois à surjouer pour se montrer… Carbonel l’a-t-il payé cher en Italie, lors de l’ouverture du dernier Tournoi des 6 Nations ? Il est aisé de le penser. Alors qu’il avait fait son apparition sur la pelouse de Rome à l’heure de jeu en compagnie de son coéquipier en club Baptiste Serin, quand les Bleus menaient très largement au score, la conduite de la charnière dans l’ultime ligne droite n’avait clairement pas été du goût de Galthié.

Plus d’apparition depuis Rome

S’il n’avait pas cité de nom, l’ancien demi de mêlée international avait forcément visé le duo varois en conférence d’après-match, quand il avait dit : « Il n’y a pas de match facile. Pour preuve, en fin de match, on s’est trompé et on l’a payé. » Carbonel a même doublement payé cette entrée peu emballante. En effet, le 6 février 2021 est tout simplement la dernière sélection en date de l’intéressé qui avait été sorti de la feuille de match le week-end suivant en Irlande, au profit du polyvalent Anthony Bouthier. Voilà pourquoi, propulsé premier choix en Australie en l’absence de ses deux principaux concurrents, le double champion du monde moins de 20 ans a enfin l’occasion idoine de se mettre en évidence au coup d’envoi. Et d’effacer l’ardoise italienne.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Midi-Olympique.fr
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?