Chronique d’un sabordage en cinq actes

  • Les coéquipiers de Baptiste Couilloud tenaient la victoire jusque dans les ultimes secondes.
    Les coéquipiers de Baptiste Couilloud tenaient la victoire jusque dans les ultimes secondes. Scott Powick - Scott Powick
Publié le

Ce ne sont pas une, ni deux mais bien cinq erreurs consécutives qui ont coûté aux Bleus la gloire d’une victoire historique, en Australie. Un authentique exploit, au regard du contexte, qui leur a glissé des mains. Récit.

79’52’’: Carbonel « petit pied »
Jonathan Danty vient de gratter le ballon, au sol, dans un ruck (79’20’’) à 35 mètres de la ligne des Bleus. La pénalité qui en découle doit permettre aux Français d’acter leur victoire. Mais Louis Carbonel fait plus qu’assurer : une touche de huit mètres (!) qui laisse les Bleus sous pression, dans leur camp. Lancer à suivre pour Anthony Etrillard. D’ailleurs, fallait-il vraiment aller en touche, au risque de se faire contrer, plutôt que de sécuriser le ballon en jouant à la main, pour laisser les dernières secondes s’écouler ?

80’15’’ : Cretin contesté en touche
Deux sauteurs de haut niveau dans l’alignement : Cameron Woki et Dylan Cretin. Seul le second s’arme pour sauter. Il s’élève dans l’alignement mais l’Australie monte logiquement au contre. Dans la bonne zone, puisque les Bleus n’ont effectué aucun mouvement ni aucune feinte dans l’alignement. Cretin est contesté et se trouve contraint de volleyer le ballon.

80’17’’ : L’arrière-garde française panique
Après un rebond, Teddy Iribaren se saisit du ballon mais panique. Alors qu’il est seulement poursuivi par un pilier, il se débarrasse du ballon vers l’arrière, en direction de Melvyn Jaminet. Le Perpignanais, dans un contexte similaire, panique à son tour. Plutôt que de dégager en touche, comme il semblait en avoir le temps, il sert Damian Penaud sur son aile… sans s’apercevoir que le Clermontois a étrangement dézoné. Le ballon est récupéré par l’Australien Tate McDermott. D’un retour en catastrophe, Penaud l’empêche de filer seul à l’essai.

81’19’’ : deux avantages fatals
En défense, proche de leur ligne, les Bleus cherchent à reprendre du terrain pour se donner de l’air. Jusqu’à se mettre à la faute. Anthony Etrillard une première fois, au bord d’un ruck (81’19’’) puis Arthur Vincent, toujours proche d’un ruck (82’03’’) se font prendre pour des hors-jeu de ligne. Le premier avantage, légèrement excentré, laissait un mince espoir. Le second, en face des poteaux, anéanti le suspense. Sans pression, l’ouvreur des Wallabies Noah Lolesio tente le drop. Contré. L’arbitre revient à l’avantage.

83’29’’ : Lolesio achève les Bleus
10m face aux poteaux, sans la possibilité pour les défenseurs français de charger, Lolesio est dans un fauteuil. Il transforme la pénalité. 23-21, la France s’est sabordée.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 7,90€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?