Tarascon-sur-Ariège : vivement la reprise !

  • Les moins de 8 ans de l’école de rugby lors des journées portes ouvertes dans le cadre de la semaine du « Printemps du Rugby ».
    Les moins de 8 ans de l’école de rugby lors des journées portes ouvertes dans le cadre de la semaine du « Printemps du Rugby ». Photo La Dépêche du Midi
Publié le

Après deux saisons blanches, l’UST (Honneur) n’a pas été impactée par cette inactivité. Le club est désormais prêt pour relever le défi du prochain exercice.

Dans la longue histoire du rugby ariégeois, l’US Tarascon a écrit de savoureux chapitres. Les plus belles pages se trouvent au cœur de la décennie 70 où l’équipe fanion est passée sans transition du plus haut niveau régional, celui de l’Honneur au Groupe B (le deuxième niveau national de l’époque) et ce, en l’espace de trois ans. Le 5 mai 1974, les vaillants joueurs du Vicdessos s’étaient même octroyé le titre de champion de France Honneur aux dépens des Charentais de Rochefort sur le plus petit des scores (3-0).

Lors de l’exercice 1976-1977, l’enceinte du Moulin-Neuf a eu le privilège d’accueillir des grands noms de l’Ovalie tels que Grenoble, Chambéry, Nîmes et Auch commandée à l’époque par le capitaine du XV de France, Jacques Fouroux. Cette belle aventure sportive ne dura qu’une saison. Le club retrouva la deuxième division (l’actuelle deuxième division fédérale) où durant toute la décennie 80, il s’illustra honorablement. Cette période faste est révolue. Désormais au sein de l’UST, on n’est pas prisonnier du passé. Il est enfoui dans l’armoire aux souvenirs.

Joueurs, dirigeants et entraîneurs actuels ont les yeux rivés sur l’avenir. Tous ont un désir commun, celui que la compétition puisse débuter au mois de septembre. Pour ce prochain exercice, l’UST évoluera en Honneur, un niveau de compétition qui convient très bien à la structure.

« Nous ne sommes pas obsédés par une accession en Fédérale 3. Si l’occasion se présente, on relèvera le défi. Ceci dit, l’Honneur est une compétition très intéressante. Sur le plan sportif, on parvient à bien tirer notre épingle du jeu. À chaque rencontre à domicile, le public répond présent, ce qui fait également notre force c’est de jouer avec une forte ossature locale, ce qui n’est pas fait pour déplaire à nos supporters, ils y sont très sensibles », soutient le coprésident Michel Audabram.

Un effectif stable malgré l’inactivité

Malgré deux saisons blanches, le club n’a pas modifié son mode de fonctionnement. De l’école de rugby jusqu’aux seniors, la structure a toujours été autonome. « Ce n’est pas dans notre culture d’opter pour un rassemblement ou de fusionner. On est attaché à notre indépendance et à notre identité. Peut-être qu’un jour, on y sera contraint, mais ce n’est pas encore d’actualité », renchérit le coprésident. Ce qui est d’actualité, c’est la mise en place de la prochaine saison.

Pour 2022, l’effectif est stable malgré l’inactivité et le gel des compétitions. « Pendant l’arrêt des compétitions, nous avons fait en sorte de bien communiquer. Nous avons maintenu un lien avec les joueurs. Une fois que nous avons pu retrouver le terrain, les licenciés sont revenus spontanément aux entraînements. La Covid 19 n’a pas vraiment eu une incidence sur notre effectif. L’année prochaine, nous aurons soixante-six licenciés seniors sur lesquels nous pouvons compter. Notre souci c’est au niveau des moins de 16 ans. Nous sommes en déficit. Peut-être que cette saison, nous les engagerons à 10 », ajoute Michel Audabram.

Vivement les matchs à balles réelles, les joueurs de Michel Lopez et Julien Hughet attendent avec impatiences les premières confrontations. Avant, les joutes officielles de Ligue Occitanie, les Ariégeois vont participer au Challenge du Comminges. Après une double saison blanche, les Tarasconnais ont des fourmis dans les jambes, ce qui est compréhensible.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Didier NAVARRE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?