Bautista Ezcurra, le plus « Francés » des Pumas

  • Le centre argentin Bautista Ezcurra arrive à Grenoble pour accélérer le jeu des Isérois.
    Le centre argentin Bautista Ezcurra arrive à Grenoble pour accélérer le jeu des Isérois. Steve Haag / Icon Sport - Steve Haag / Icon Sport
Publié le

Ancien étudiant dans une école française et détenteur d’un passeport tricolore, l’international argentin incarne la volonté du nouveau staff de faire évoluer le jeu du FCG.

S’il fallait résumer l’intersaison du FCG en un seul exemple, ce serait peut-être celui-là. Avec le départ aux postes de centres des « blocs » Alaska Taufa ou Taleta Tupuola, le FCG a fatalement perdu en force de pénétration. Un choix assumé au travers du recrutement, le FCG ayant enregistré pour les remplacer les arrivées de deux « cinq-huitièmes » susceptibles d’insuffler une touche supplémentaire d’improvisation à l’attaque iséroise, trop souvent lisible aux yeux de l’adversaire ces dernières saisons. « Romain Barthélémy est dans ce registre-là tout comme Bautista Ezcurra, précise à ce sujet l’entraîneur des trois-quarts Nicolas Nadau. Bautista dispute d’ailleurs actuellement en accord avec nous les phases finales du championnat américain au poste de demi d’ouverture.  »


Mais par quel drôle de hasard le FCG est-il allé chercher à Atlanta la perle rare qui lui manquait ? « Je le connaissais au travers de l’équipe d’Argentine à 7 et quand Franck Corrihons m’a parlé de la possibilité de le recruter, j’ai tout de suite été intéressé, souffle Nadau. Gonzalo Quesada, qui l’a eu sous ses ordres avec les Jaguares, a achevé de me convaincre en encensant sa capacité à jouer à tous les postes. Avec les contraintes actuelles, quand on recrute un non-Jiff, c’est important de s’assurer qu’il puisse être le plus souvent possible sur le terrain, et sa polyvalence était à ce titre un gros argument. Il n’est pas très impressionnant au niveau du gabarit mais, comme souvent avec les Argentins, compense par sa grinta. Ballon en main, il est capable d’éliminer les défenseurs et de jouer très près de la ligne d’avantage, ce qui est un sacré atout.  »


« Encensé  » par Gonzalo Quesada

 

Mais peut-être pas le plus important, au vrai… Car si les joueurs argentins connaissent parfois des difficultés d’adaptation en France dont ils ne maîtrisent pas toujours la langue à leur arrivée, ce ne sera pas le cas d’Ezcurra. « Bautista a étudié à l’école française en Argentine, sourit le manager Fabien Gengenbacher. Du coup, il est non seulement parfaitement bilingue et a même un passeport français ! Cela signifie beaucoup pour lui que de venir jouer en France.  » « Son discours était clair, sobre, construit, très professionnel, conclut Nadau. Il nous a convaincus.  » Au point d’être attendu comme un des éléments moteurs de la future saison iséroise, quand bien même il ne sera pas opérationnel pour son nouveau club avant le 15 août ! En effet, Bautista Ezcurra devra fatalement passer par une quarantaine lorsqu’il s’envolera pour la France, une fois terminé le championnat des Etats-Unis. De quoi aiguiser les attentes à son sujet…
 

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?