Pour Ikpefan, la joie du chassé-croisé des vacances

  • La joie du chassé-croisé des vacances
    La joie du chassé-croisé des vacances MO - MO
Publié le

En perte de vitesse à Toulon après deux saisons prometteuses, Daniel Ikpefan veut retrouver du plaisir et de l’efficacité sous ses nouvelles couleurs.

C’était le 22 juin dernier, alors que le marché des transferts ronronnait tranquillement avant la fin de la période des mutations. La Section paloise annonçait l’arrivée de Daniel Ikpefan en provenance de Toulon, avant de confirmer le départ d’Atila Septar pour le RCT. Un chassé-croisé en période de vacances qui a été une libération pour l’ancien toulonnais : « Il me restait deux ans à Toulon. Mais ça faisait un moment que le coach ne me voulait plus. Je l’ai appris indirectement, par mon agent. J’ai été très déçu de cette façon de faire, même si c’est dur d’en vouloir à un club qui m’a offert ma chance en Top 14. En fin de saison, j’ai vraiment compris que je devais partir. J’avais besoin d’un nouveau challenge. J’étais bien à Toulon mais sur le plan du rugby, j’avais besoin de repartir à zéro. Pau m’a accueilli et c’est un plaisir d’être ici. J’espère faire des merveilles avec ce nouveau club. Ça s’est fait naturellement avec Pau, même si ça a été tardif. »

Retrouver la confiance

L’ancien joueur d’Oyonnax, qui avait réalisé deux premières saisons intéressantes avec le RCT avant de voir son temps de jeu fondre, a retrouvé le sourire en découvrant le centre Macron lundi dernier, tournant définitivement le dernier chapitre d’une histoire qui l’aura fait grandir : « J’ai toujours joué pour l’équipe et, en début de saison dernière, j’ai dépanné à l’arrière, un poste où je n’avais pas beaucoup de repères. Certaines performances ont été mauvaises, d’autres tout simplement correctes. Le coach m’a flingué et ça a été compliqué d’être serein sur l’ensemble de la saison. J’ai eu des difficultés à retrouver ma place à l’aile. Ça m’a coûté cher mais c’est aussi comme ça que l’on apprend. » Il espère donc trouver un environnement qui lui permet d’évoluer en confiance pour retrouver son niveau de performance : « J’ai beaucoup entendu parler de Sébastien Piqueronies par Carbonel, Méric et Smaïli. Ils m’ont dit le plus grand bien du coach, insistant sur son côté très humain. J’ai besoin de ça car ça me fait dépasser mes limites. J’espère donc que ça va fonctionner cette année. J’ai déjà hâte d’être sur les matchs amicaux pour retrouver les sensations que j’avais lors de mes deux premières années à Toulon. J’ai envie de montrer que je suis toujours le même joueur. Marquer sera une première étape, car je n’ai pas marqué la saison dernière. Ça m’a frustré. Je vais bien me préparer et tout faire pour me fondre dans le collectif et je pense que ça viendra naturellement. » Et ainsi retrouver une efficacité qui doit aider la Section paloise à franchir plus facilement la ligne. 

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 7,90€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Nicolas Augot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?