Saga Top 14 - Mathieu Acebes : « Sans état d’esprit, on ne pourra pas se maintenir »

  • À quelques semaines de l'ouverture du championnat, le capitaine de l'Usap Mathieu Acebes se livre sur la saison à venir.
    À quelques semaines de l'ouverture du championnat, le capitaine de l'Usap Mathieu Acebes se livre sur la saison à venir. Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Calme, concentré, lucide, le trois-quarts centre et capitaine perpignanais Mathieu Acebes mesure la difficulté qui attend les Sang et Or et annonce d’ores et déjà quelles seront les clés du maintien pour son équipe.

Mathieu, quelles ont été vos impressions sur ces premières semaines de préparation avant votre retour en Top 14 ?

Je suis très content d’avoir repris le chemin de l’entraînement avec toute l’équipe. On termine notre troisième semaine de préparation, c’était très intense. Nous avons pas mal de choses à faire durant cette intersaison, on a senti un gros investissement de tout le monde. Maintenant, on espère que cela va porter ses fruits.

Il a fallu basculer rapidement après le titre de champion de Pro D2. Est-ce chose faite ?

Dès lors que nous avions gagné la finale, tout le monde savait déjà ce qui nous attendait. On sait très bien que ce sera très, très difficile. On est tous conscient de la tâche qui nous attend, on va travailler dans notre coin, en sachant chaque week-end que nous n’aurons rien gagné. Le maintien, ça se joue sur une saison complète.

Quelles seront les clés du maintien ?

Ça peut paraître bateau ce que je dis, mais la clé, c’est d’être tous dans le même sens. Que l’on soit tous dévoué à la tâche du maintien pour le club, que chacun tire dans le même sens. C’est le plus important. C’est primordial même. Sans état d’esprit, on ne pourra pas se maintenir. Il y aura des moments difficiles, on le sait, ce ne sera pas les deux saisons de Pro D2 que nous venons de connaître. Il faudra se dire les choses, faire les bons constats, et vite réagir.

Perpignan a développé un jeu nettement plus pragmatique ces deux dernières saisons, avec une solide défense et une attaque clinique. Doit-on s’attendre à voir la même équipe ?

Je ne sais pas si on verra exactement la même Usap, mais en tout cas on essaiera d’être précis dans tous ces domaines essentiels comme la défense, le jeu d’occupation. On va essayer d’être très concentrés sur ces tâches qui peuvent paraître simples mais qui sont les plus difficiles et les plus essentielles pour tenter de rivaliser avec les équipes de Top 14.

Le groupe est beaucoup plus expérimenté que lors de votre première remontée en 2018. Est-ce une différence majeure ?

Chaque saison est différente. Le groupe a évolué depuis 2018, la mentalité a évolué. Il y aura pas mal de changements cette année, on a vu qu’il y aura de nouvelles règles aussi. Ce sera un championnat complètement différent. La clé, ce sera aussi l’adaptation. Si on arrive à s’adapter très vite et à prendre la mesure du niveau et de ce qu’il faudra faire, on peut espérer être au rendez-vous.

Votre coéquipier Melvyn Jaminet a excellé avec le XV de France pour ses premières sélections. Comment l’avez-vous vécu ?

Je suis très content pour lui. On le chambrait un peu en fin de saison en lui disant qu’il serait appelé en sélection… Et au final, ça s’est réalisé. Il a montré à tout le monde l’étendue de son talent et surtout une froideur incroyable pour son âge. Je sais qu’il va revenir à Perpignan avec l’envie de nous amener beaucoup de choses, notamment de la confiance. J’espère juste qu’il ne fera pas trop de matchs avec le XV de France (rires). 

Émilien Vicens
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?