Les Lions entre doutes et rugissements annoncés

  • Alun Wyn Jones débutera son douzième match d’affilée sous le maillot rouge et sera, une nouvelle fois, le taulier physique et mental du paquet d’avants.
    Alun Wyn Jones débutera son douzième match d’affilée sous le maillot rouge et sera, une nouvelle fois, le taulier physique et mental du paquet d’avants. Icon Sport
Publié le , mis à jour

Entre contestation des choix de Warren Gatland, morsures et polémiques, les Lions britanniques sont sous le feu des critiques avant le troisième test face aux Springboks.

« Je l’ai regardé entre 22 heures et 1 heure du matin. Cela m’a endormi. » Le sélectionneur des All Blacks Ian Foster a livré un avis acerbe sur la deuxième rencontre entre les champions du monde et les Lions. « C’est un type de série très serré, presque sans risque. Les équipes ont presque peur de jouer et misent sur une stratégie à faible risque. Nous voyons deux équipes qui veulent désespérément gagner une grande série en jouant un rugby à faible risque et très efficace. Deux équipes jouant un style similaire… c’est un peu une bagarre. » 

À tel point que les jours suivants le succès des Boks, les morsures de Kyle Sinckler et Stuart Hogg faisaient davantage parler que la rencontre en elle-même. L’arrière écossais continue d’ailleurs de démentir alors que le pilier anglais a été blanchi par la commission de discipline après un geste similaire.

Au milieu de la tempête, Warren Gatland a été sévèrement contesté outre-Manche. Les prestations de Chris Harris, Stuart Hogg ou Anthony Watson n’ont pas convaincu les observateurs britanniques, qui s’attendaient à une composition bien différente pour l’ultime test sud-africain.

Six changements, Murray sur le banc

Warren Gatland a fait des choix forts, sûrement essentiels pour à nouveau rivaliser face au Springboks. Invisible lors du second test, Chris Harris est remplacé par Bundee Aki, plus dense que le centre écossais. Derrière, le pied de Liam Williams et les capacités de relance du Gallois ont fait la différence sur Hogg, en manque d’inspiration lors du deuxième test.

Troisième choix important du sélectionneur, Ali Price remplace Connor Murray à la mêlée pour dynamiser davantage le jeu des Lions. La clé des Britanniques sera le jeu d’arrières et la défense dans le dos, les Britanniques ayant encaissé deux essais suite à des coups de pied précis. C’est sur le banc que cette nouvelle tendance se confirme avec le retour de Finn Russell et la rentrée du puissant Sam Simmonds, censé suppléer Conan ou Lawes, surutilisés depuis le premier test.

Le « banni » du XV de la Rose a une vraie belle carte à jouer dans le match le plus décisif de l’année. Mis de côté, puis blessé, Russell devra apporter ses coups de génie dans une rencontre qui pourrait à nouveau être physique et cadenassée.

« Gats (Warren Gatland) est connu pour faire des changements importants. On a beaucoup parlé des Springboks blessés, mais les Lions ont pris un coup et nous devons y remédier », expliquait Alun Wyn Jones. Sauf changement de dernière minute, le troisième test face à l’Afrique du Sud sera historique pour les Lions.

Après les tournées de 2013 et 2017, Alun Wyn Jones débutera son douzième match d’affilée sous le maillot rouge et sera, une nouvelle fois, le taulier physique et mental d’un paquet d’avants encore jeune et inexpérimenté. Au milieu du bateau qui tangue, le capitaine gallois est toujours aussi précieux dans le dispositif de Warren Gatland. Son influence est d’ailleurs capitale lors des discussions avec l’arbitre, à tel point que Siya Kolisi « ne s’est pas senti respecté par l’arbitre du premier test et n’a pas eu une vraie opportunité de parler avec lui ».

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Clément Labonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?