Nouvelles règles - L’Usap bûche pour s’adapter

  • Pour intégrer la règle des 50 : 22 au système de jeu catalan, Gérald Bastide et le reste du staff perpignanais se sont inspirés des équipes australiennes.
    Pour intégrer la règle des 50 : 22 au système de jeu catalan, Gérald Bastide et le reste du staff perpignanais se sont inspirés des équipes australiennes. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Depuis l’annonce de l’expérimentation des nouvelles règles, l’Usap s’est mise en ordre de marche. Les Catalans souhaitent tirer le meilleur de ces options, sans pour autant en abuser.

Un soleil de plomb, quelques dossards, des consignes à tout-va, une poignée de curieux au bord des grillages… L’Usap avait respecté le cocktail d’une mise en place sérieuse mercredi dernier, à deux jours de son match amical contre Montpellier (remporté 34-15). Mais au détour d’une petite pause et de deux gorgées d’eau, l’heure est au mini-débat : les nouvelles règles sont discutées.

Sur la ligne de touche, un petit groupe n’a que deux nombres sur le bout des lèvres : « 50 : 22 ». Afusipa Taumoepeau et surtout Lucas Dubois se laissent ainsi aller à quelques équations : options, choix à faire, à ne pas faire… Qu’à cela ne tienne, retour au jeu, la réglementation ayant, semble-t-il, déjà été ingérée par les Usapistes.

L’entraîneur de la défense Gérald Bastide détaille : « Une fois qu’on en a eu connaissance, on en a discuté avec les joueurs afin de voir les opportunités et problématiques que cela impliquait. Ensuite, quasiment tous les jours depuis la reprise, on les a travaillées aux entraînements. »

« On ne va pas inventer de grandes combines »

Ainsi, les nuances du règlement font désormais partie intégrante des répétitions de gammes. Pour preuve, mercredi, on put voir Tristan Tedder se placer mécaniquement sur sa ligne de but pour taper un drop de renvoi. « Ça, c’est relativement intéressant. Toutes les options sont à étudier : renvoi court, long, rapide ou tentative de récupération », souffle Bastide.

Le jeu s’enchaîne, et les avants n’y vont pas de main morte. En revanche, pas de fausse note en ce qui concerne l’attaque « en coin volant » : les Catalans n’avaient déjà pas l’habitude de l’utiliser.

La mise en place clôturée, les Sang et Or vaquent à leurs occupations. Pour un petit groupe de cinq joueurs de la charnière, c’est « atelier 50 : 22 ». D’abord à gauche des perches, puis à droite, Tristan Tedder et ses acolytes bossent leur technique de jeu au pied indirect.

« Pour moi, cette règle des 50 : 22, c’est plus dans la qualité du jeu au pied et dans la capacité d’analyse, de lecture et d’initiative du joueur que ça va se jouer. On ne va pas se mettre à inventer des grandes combines pour faire des 50 : 22 ! », assure le demi de mêlée Tom Ecochard.

D’ailleurs, de l’aveu même de son coach de la défense, Perpignan n’a rien inventé : « On a plutôt regardé attentivement les équipes australiennes qui l’avaient déjà expérimenté. On peut s’en inspirer en particulier pour les turnovers, avec des dégagements rapides dans le champ profond adverse. »

À l’entraînement, les botteurs catalans sont à la réception de passes et de chandelles dans leur moitié de terrain, et expédient à chaque fois la gonfle dans les 22 mètres adverses. Vendredi, en situation réelle à Aimé-Giral, Tedder a d’ailleurs réussi son coup, en obtenant une touche en faveur des siens.

En effectuant ce travail spécifique, histoire d’arriver à jour dès les premières échéances, les Perpignanais souhaitent donc tirer le meilleur de ces nouvelles règles, sans pour autant dénaturer le jeu. Tom Ecochard est clair : « Lorsque l’on jouera des équipes avec une très grosse ligne, à 14 joueurs, eh bien on étudiera un peu plus en amont les failles de leur choix de défense, afin de les exploiter grâce à cette règle. Mais le but, c’est que cela reste une arme supplémentaire, pas question d’en abuser. »

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Dorian VIDAL
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?