Un score fleuve et des enseignements…

  • L’Aviron a déroulé son rugby en inscrivant sept essais face à Soyaux-Angoulème.  Photo P. O.
    L’Aviron a déroulé son rugby en inscrivant sept essais face à Soyaux-Angoulème. Photo P. O. Midi Olympique - Pablo ORDAS
Publié le

Dans ce match entre deux équipes reléguées à l’intersaison, Bayonne s’est logiquement imposé. Au-delà du score, cette rencontre amicale est venue valider le début du travail effectué cet été.

L’histoire retiendra que pour son premier match avec du public, dans un stade Jean-Dauger équipé de sa nouvelle tribune, l’Aviron bayonnais s’est largement imposé 45 à 7 face à Soyaux-Angoulême. Bien entendu, Basques et Charentais ne boxeront pas dans la même division cette année et, à ce titre, il y a une certaine logique à voir un tel écart final au score. Mais au sortir de cette rencontre entre deux clubs au début d’un nouveau chapitre, on pouvait néanmoins tirer quelques enseignements.

De retour dans un stade qu’il connaît bien, le manager du SA XV Vincent Etcheto expliquait, de son côté : «Je trouve qu’on s’est accrochés. Nous avions mis des choses en place défensivement. Nous ne voulions pas trop nous consommer pour justement être debout et pouvoir défendre cette équipe. On l’a plutôt bien fait. On se fait transpercer en deuxième mi-temps sur deux beaux lancements et on a pris des essais sur ballons portés car on sait que Bayonne est plus puissant que nous.» Dans ses rangs, Soyaux comptait vendredi soir quelques jeunes du centre de formation ou des étrangers fraîchement arrivés en Charente, qui n’avaient pas le vécu que peut avoir le XV bayonnais.

Le Bayonnais Cassiem très en vue

Néanmoins, la bande à Gautier Gibouin s’est montrée plutôt propre en conquête et a bien résisté face à la mêlée basque. «C’est un bilan plutôt positif, poursuivait Etcheto. Si on ne se concentre que sur nous et nos lacunes de l’an dernier, on va dire que défensivement il y a du mieux, que sur la conquête aussi et, offensivement, je sais qu’on fera mieux surtout face à des défenses un peu moins affûtées et féroces que la Bayonnaise.» De l’autre côté ? En n’encaissant qu’un essai - «de trop» dira Yannick Bru après la rencontre - l’Aviron s’est montré rigoureux en défense. Les trois-quarts locaux, quant à eux, ont proposé quelques lancements intéressants. Au niveau des individualités, si le talonneur Torsten Van Jaarsveld inscrivit un triplé, on notera surtout que le sud-africain Uzair Cassiem, très actif balle en main, a confirmé les attentes placées en lui. Il sera un atout de poids pour la troisième ligne bayonnaise à la reprise du championnat. Jean Monribot y participera-t-il ? Le capitaine bleu et blanc est sorti commotionné avec le nez «bien endommagé» (Bru), après avoir pris un coup de genou au visage.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pablo ORDAS
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?