Nice prêt à tout casser

  • Balayée la désillusion de la demi-finale de l’an passé, place désormais à une nouvelle saison et l’ambition de retrouver les sommets.
    Balayée la désillusion de la demi-finale de l’an passé, place désormais à une nouvelle saison et l’ambition de retrouver les sommets. Photo Stade Niçois Rugby
Publié le , mis à jour

Les Azuréens ont mis les moyens pour réaliser leur rêve : monter en Pro D2.

En mai, on avait quitté Régis Brandinelli, le patron de la SASP, émoussé et accablé par une saison longue et harassante pour les nerfs. Son équipe jouait la montée en Pro D2, avant de finir terrassée par un drop-goal narbonnais à deux minutes de la fin lors de la demi-finale d’accession (9-12).

La coupure lui a permis de se changer les idées. « Je n’ai pas pu remettre un pied au club pendant un mois. De voir le stade sans animation, sans personne. Ça été très dur pour moi », nous confirme le président. À un peu plus de trois semaines de la reprise, face à Valence-Romans (le 4 septembre), Régis Brandinelli a renoué avec la routine niçoise, regonflé à bloc. « Une fois que l’entraînement a repris, j’ai retrouvé l’énergie et la motivation nécessaire, maintenant j’attends le retour à la compétition avec impatience. »

Il faut dire que l’été a été mouvementé du côté des Arboras. Le constat de l’échec de la demi-finale perdue face aux Audois a été rapidement diagnostiqué : « Il nous a manqué l’expérience et la préparation pour gérer ce type d’événements. » Afin d’éviter une nouvelle désillusion et d’assumer pleinement le rôle de favori à la montée en Pro D2, le Stade niçois a investi à tous les étages.

Le groupe a été resserré autour de trente-cinq joueurs. Terminée l’idée de dépendre uniquement de la botte de Matty James ou des crochets de Lionel Mapoe, l’équipe a été construite autour de joueurs d’expériences venus tout droit soit de Top 14, soit de Pro D2 avec une volonté de créer une concurrence forte à chaque poste.

Dans son recrutement haute de gamme, les Niçois ont souhaité densifier leur pack et notamment leur première ligne qui avait été loin de survoler le championnat la saison dernière. La charnière a été aussi profondément modifiée avec l’arrivée de deux demis d’ouverture aux caractéristiques très différentes : à Dorian Jones l’expérience, et Dorian Lavernhe la jeunesse.

Un effectif paré pour l’étage au-dessus confirme le président : « Nous avons un nouveau statut d’équipe favorite qui nous va bien. Il n’existe pas de faux semblants, on assume pleinement et l’on met tout en œuvre pour jouer la montée. Je pense que la cinquième ville de France à sa place dans le monde professionnel. »

Un staff étoffé

Mais c’est du côté du banc que l’évolution a été la plus nette. Fini de faire reposer l’ensemble la gestion de l’équipe par le duo Bolgashvili-Jagr. C’est désormais à un staff étoffé par l’arrivée d’un deuxième préparateur physique (Romain Guérin), d’un nouvel entraîneur des trois-quarts (Yannick Osmond), et d’un spécialiste de la mêlé en la personne de l’ancien international, Sébastien Bruno, qui vont apporter leurs riches expérience aux Niçois.

« Tout est prêt », pourrait résumer, l’état d’esprit des Azuréens en ce milieu du mois d’août, ne manque que le jeu et l’harmonie qui va avec.
Trois rencontres de préparation sont programmées aujourd’hui (13 août) face à Hyères, puis la revanche la semaine d’après (20 août), pour finir face à Aubenas à Aubagne le 27.

Utile avant d’affronter un bloc de cinq rencontres qui en dira long sur les ambitions niçoises avec la réception de Valence-Romans (4 septembre), Albi (19 septembre) et Bourgoin (10 octobre), et les déplacements à Angoulême (le 3 octobre) et Blagnac (12 septembre).
 

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Jean-Christophe LECLAIRE
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?