Les Marcquois ont tellement fait et tellement à prouver

  • Le collectif nordiste s’annonce redoutable à l’aune de cette nouvelle saison. Reste désormais aux Nordistes à confirmer sur le terrain.
    Le collectif nordiste s’annonce redoutable à l’aune de cette nouvelle saison. Reste désormais aux Nordistes à confirmer sur le terrain.
Publié le

Le projet marcquois a pris une nouvelle dimension pendant les restrictions. Il court après une réussite sportive qui le fuit depuis trois ans.

C’est à la surprise générale, dans un contexte plus morose que prometteur, alors que les partenaires de la restauration partout vacillent, que le club de Marcq-en-Barœul a communiqué sur une augmentation de budget fort conséquente. Dans cette même ligue des Hauts-de-France où feu le Lille Métropole Rugby s’était brûlé les ailes à trop parier sur un modèle économique fantasmé, dans lequel la réussite sportive devait entraîner automatiquement un élan financier, les dirigeants marcquois ont réussi à faire éclore ce qui semble devoir devenir une belle machinerie de la Fédérale 1.

Cette manne financière des 450 000 € supplémentaires a complètement dopé la section sportive. Le nombre de contrats professionnels y a augmenté en nombre suffisant pour organiser des semaines à trois matinées complètes. C’est une grande nouveauté, il n’y aura plus d’entraînement en soirée à Marcq-en-Barœul dorénavant. « Nous ne sommes plus très loin d’avoir un fonctionnement professionnel », estime le manager Philippe Caloni, qui pilote cette montée en puissance depuis ses origines.

Il bénéficiera aussi la saison prochaine d’une équipe renforcée de huit arrivées majeures, des recrues ciblées à forte plus-value, choisies sur les besoins apparus lors des cinq premiers matchs de l’histoire du club disputés dans la division avant la déclaration de la saison blanche. La mêlée avait souffert, elle a été renforcée. « Et nous avons beaucoup travaillé ce secteur pendant l’inactivité », raconte Caloni, qui a pu s’appuyer avant son recrutement par La Rochelle, sur le consultant champion du monde et de France, l’ancien Toulousain Gurthrö Steenkamp.

La retraite de Guillaume Pottel

Sur la foi de cette augmentation des moyens et de l’amélioration des conditions d’entraînement, le projet marquois commence à présenter une fière allure, « et c’est assez légitimement que nous essayerons de concourir aux phases finales et de réaliser la plus grande saison possible », ambitionne avec enthousiasme le président Gradel, malgré les incertitudes. Dans la perspective de se placer rapidement au mieux dans ce nouveau paysage fédéral, son équipe devra composer avec un environnement concurrentiel assez dense, alors qu’elle ne dispose d’aucun vécu historique. Comme partout ailleurs, en raison des deux dernières saisons amputées, le roulement de l’effectif a été réalisé sans que ce collectif régénéré travaille sa cohésion dans l’adversité.

L’équipe devra en outre se passer de Guillaume Pottel, son pilier et capitaine, qui a pris sa retraite en compagnie d’Arnaud Masson, un autre historique. Et ce club de Marcq-en-Barœul n’a pas vu de phase finale depuis longtemps. La première année où ce nouveau projet avait été lancé, l’équipe de Philippe Caloni, très dominatrice, avait été interdite de phases finales de Fédérale 2 pour un budget jugé insincère par la DNACG. La deuxième année, tout aussi prometteuse, s’était arrêtée aux portes du premier confinement, avant que le club obtienne une montée administrative en Fédérale 1. Sans récit collectif gravé dans du marbre, ou sur un bronze de bouclier, et sans montée acquise sur le terrain, ce projet ultra-dynamique n’a pas encore façonné de grands souvenirs fédérateurs. Est-ce pour cette saison ?

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Guillaume CYPRIEN
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?