In Extenso Supersevens 2021 : la fête des princes

  • Les Monégasques, vainqueurs de cette étape, sont qualifiés pour la grande finale de l'In Extenso Super Sevens qui se jouera cet automne à la Paris LaDéfense Arena.
    Les Monégasques, vainqueurs de cette étape, sont qualifiés pour la grande finale de l'In Extenso Super Sevens qui se jouera cet automne à la Paris LaDéfense Arena. MIDOL - Patrick Derewany
Publié le , mis à jour

En venant à bout des Barbarians, Monaco s’est offert la deuxième étape du Super Sevens In Extenso, à Toulouse, au terme d’une journée riche en festivités.

Samedi, c’était jour de fête à Ernest-Wallon. Le genre de fête arc-en-ciel où les couleurs de maillots toulousains, palois et brivistes se mêlent à celles de Castres, Clermont ou Toulon, le temps d’une journée conclue par un feu d’artifice des vainqueurs monégasques.

Dans le temple de la Ville rose, quelques 4 535 supporters et vacanciers ont ainsi pu profiter des festivités.

En fin de matinée, une longue file d’attente venait garnir l’entrée du stade et, une fois les barrières franchies, des animations en tout genre s’offraient aux yeux des spectateurs. Jeux gonflables, jeux d’eau, karaoké, blind tests, food trucks… Le choix était large lors de cette "journée à la carte", où beaucoup profitaient des stands avant d’aller voir leur équipe se produire, au détour parfois d’une photo prise avec Romain Ntamack, Selevasio Tolofua et consorts.

Monaco au rythme de la musique

Côté acteurs, bon nombre de septistes déambulaient autour du stade, au beau milieu des fans, croisant et recroisant quelques-uns de leurs futurs adversaires. Et puis, dans leurs petits vestiaires aménagés au sein d’un grand chapiteau blanc, ainsi que sur les pelouses annexes du complexe, les 16 équipes se préparaient à une journée de rugby intense, sous la chaleur haut-garonnaise.

Une fois dans les gradins, au petit jeu de qui fera le plus de bruit, c’est sans surprise le public toulousain qui l’emportait. Car alors qu’un karaoké organisé en tribunes rencontrait son petit succès, les cris s’amplifiaient un peu plus encore au moment où les Stadistes entraient sur la pelouse.

Ces mêmes cris s’éteignaient cependant en demi-finale, lorsque les protégés du public subissaient la loi des Barbarians. Irrésistibles, les Baa-baas allaient néanmoins chuter en finale, face au Monaco de la star Cecil Afrika.

Au cours d’une rencontre équilibrée, les hommes de Frédéric Michalak conservaient leur avantage de bout en bout, grâce notamment au bouillant Saimone Qeleca, auteur d’un doublé. Plus prompts à occuper le terrain et à concrétiser, les hommes en rouge s’adjugeaient finalement le match et l’étape (33-12), ainsi que la qualification pour la grande finale. Mission accomplie.

Dorian VIDAL
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?