Sanga, le retour d'ascenceur

  • Enzo Sanga sous le maillot de Brive
    Enzo Sanga sous le maillot de Brive Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Enzo Sanga s'évertue à trouver ses marques en Corrèze. Où il espère mettre à profit ses expériences diverses de Top 14 mais aussi de Pro D2.

À 26 ans, Enzo Sanga a ouvert, cet été, le quatrième chapitre de sa carrière. Le premier l’avait vu se former au contact des meilleurs dans son club formateur, Clermont. Le deuxième l’avait amené à exporter son talent dans l’effectif concurrentiel de Montpellier. Le troisième l’avait conduit à relever un défi tout autre à Valence-Romans, un promu de Pro D2 valeureux mais finalement relégué.


Pour les deux prochaines saisons, le demi de mêlée va défendre les couleurs de Brive dans l’élite. Le natif de Vichy va tenter de mettre à profit ses aventures diverses et variées pour s’imposer en Corrèze : « À Clermont, j’avais fait une bonne année sur deux : j’avais assez joué au début puis ça s’était moins bien passé. À Montpellier, j’avais réussi à bien m’intégrer dans un premier temps mais ça n’avait finalement pas suivi. Puis j’ai rejoint Valence-Romans. Je ne l’ai pas vu comme une rétrogradation. À l’époque, il y avait beaucoup de joueurs au chômage, j’ai eu de la chance d’avoir ce contrat et ça restera une année riche.»

"Aller chercher les opportunités"

Après avoir évolué au sein d'armadas constellées d’internationaux, le numéro 9 a découvert d’autres luttes, d’autres défis. Il estime en être ressorti plus fort : « J’ai appris ce que c’était de jouer le maintien, c’était formateur. Il y a eu des hauts et des bas, beaucoup d’échanges, il a fallu être forts mentalement pour ne pas lâcher. Sur ces points, j’ai vraiment grandi et pris en expérience. Et puis, ça m’a permis de rebondir. » En Corrèze, donc, où, sur le papier, le projet lui sied à merveille : « Je n’ai pas hésité. Je n’avais que des bons échos et je me suis régalé en voyant jouer Brive la saison passée. Le jeu de mouvement et de possession voulu par Jeremy Davidson colle à mon profil en plus. J’aime faire jouer les autres, j’ai tout le temps fonctionné comme ça. » 

Pour valider ces promesses, le demi de mêlée sait le chemin à parcourir. À commencer par une préparation aboutie : « Il y a un nouveau projet à assimiler et il est important de bien connaître les joueurs autour. Avec Paul (Abadie), qui est nouveau aussi au poste, on s’est beaucoup aidé, questionné...» Aux côtés de Vasil Lobzhanidze, l’ancien Agenais et l’ex-Clermontois le savent : la hiérarchie n’est pas arrêtée. « C’est à nous d’aller chercher les opportunités en faisant nos preuves.» À commencer par celle de ce vendredi face au Racing.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?