Les Provençaux tombent dans le piège

  • Les Provençaux tombent dans le piège
    Les Provençaux tombent dans le piège MIDOL - Patrick Derewiany
Publié le

Bien embarqués pour une première victoire à l’extérieur, les Aixois ont perdu leurs moyens lors de la deuxième partie du match.

« Ce n’est pas compliqué à analyser : on n’a pas fait un match de 80 minutes. » Les mots de Mauricio Reggiardo résument parfaitement le sentiment de frustration ancré dans les têtes provençales, après la défaite sur la pelouse de Colomiers. En Haute-Garonne, les Aixois avaient pourtant prévu un plan de jeu efficace, qui a porté ses fruits en début de partie. Très bien en place en défense et dominants au contact, les visiteurs laissaient à leurs adversaires du jour une possession stérile, avant de fonctionner en contre. C’est d’ailleurs sur un de ces ballons de récupération que Louis Marrou s’extirpait de deux plaquages pour percer, avant de servir dans un fauteuil son ailier Nadir Bouhedjeur, lequel filait à l’essai. En profitant de l’indiscipline locale, Provence enquillait ensuite tranquillement par la botte de Florent Massip, pour virer avec un avantage de 16 points à la pause. Cliniques en défense et sur les contre-attaques, les Provençaux vont pourtant soudainement subir en seconde période, multipliant les pénalités concédées. Durant les quarante dernières minutes du match, M. Noirot n’a pas hésité à sortir trois cartons jaunes, mettant à mal les espoirs d’une victoire à l’extérieur. « On a peut-être manqué d’humilité, soufflait Reggiardo. On n’a pas été capable de rester concentré, ni de jouer en équipe. »

Les démons du passé

Dans un match sous tension, où les échauffourées ont été légion, les Aixois ont aussi manqué de garder leur sang-froid devant un public chambreur. « On savait que ça allait "chacailler" mais on est rentré dans leur jeu », regrette Massip. Le 31 à 0 encaissé dans les quarante dernières minutes fait finalement très mal à la tête au vu des ambitions du club en cette nouvelle saison.

Alors, forcément, dans des moments comme ça, les démons du passé ressurgissent. « Ça se répète un peu comme l’an dernier, confirme l’arrière. Nous sommes indisciplinés avec trois cartons jaunes alors que l’objectif c’était de rester à quinze. Maintenant, il reste vingt-neuf rencontres, on ne va pas se mettre la tête à l’envers pour le premier match du championnat. » 

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Yanis GUILLOU
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?