La bonne carburation pour l'ASBH

  • Les Biterrois de Maxime Espeut ont pris un bon départ dans ce championnat millésime 2021-2022.
    Les Biterrois de Maxime Espeut ont pris un bon départ dans ce championnat millésime 2021-2022. - Icon Sport
Publié le

Les Biterrois ouvrent leur compteur en assurant l’essentiel, s’appuyant notamment sur ses fondamentaux. En s’octroyant un bonus défensif, Aurillac aura rivalisé jusqu’au bout mais n’aura jamais pu contester le succès.

S’imposer face à Aurillac assignait les Héraultais à un devoir de résultat, d’une part pour enrayer la mauvaise série d’une fin de saison dernière poussive (trois défaites consécutives à Raoul-Barrière) et déclencher des ondes positives pour adhérer aux discours tenus depuis l’intersaison, à savoir conserver son antre invaincu et dégager des perspectives.

Mission accomplie face à une adversité opiniâtre, qui n’aura laissé aucune marge de manœuvre jusqu’à la dernière minute. Suffisant toutefois pour apprécier cette victoire inaugurale, Jean-Baptiste Barrère, l’actif troisième ligne témoigne : « Nous avions à cœur d’être irréprochables dans l’investissement. J’ai eu une pensée pour tout le collectif et pas seulement pour les 23 sélectionnés. Des garçons sont restés en tribune et les choix à tous les postes seront difficiles. C’est une première étape franchie avec notre public. » Si Aurillac a toujours titillé les Biterrois au tableau de marque, c’est aussi à cause de quelques imprécisions dans le jeu courant, mais également d’un secteur défaillant qu’est la discipline. Sanctionnés à 14 reprises, les locaux ont versé dans l’approximatif au sol, souvent sifflés sur des situations tendues.

Le vice-capitaine poursuit : « Nous étions trop souvent dans notre camp, mais nous n’avons pas pris d’essai sur notre infériorité numérique. Malgré ces temps faibles et le manque de lucidité, nous n’avons jamais craqué. »

Première ligne à toute épreuve

Mais l’ASBH avait des arguments notables en conquête, malgré une pénurie de piliers en réserve, le comportement global des avants biterrois permettant de sortir de quelques ornières face à la menace cantalienne qui se précisait. Jérôme Filitoga, le coach des avants aura apprécié : "Tous les secteurs des fondamentaux sont à féliciter. Nous nous sommes fixés des objectifs précis à atteindre, on va bosser avec le staff pour rectifier le tir sur des errements face aux Aurillacois." Avec comme figure de proue, les vétérans Jamie Hagan (34 ans) et Chico Fernandes (35 ans), véritables tauliers des affrontements en mêlée jusqu’à épuisement.

Le technicien explique : « On ne présente plus ces garçons, ce sont des valeurs sûres. On va devoir aussi les ménager, comme à l’image du jeune Luca Nouchi qui entre en fin de rencontre en représentant l’avenir du club. »  Des éléments à prendre en considération pour la suite, en ayant vaincu les Cantaliens grâce notamment à un ballon porté d’école conclut par Dorian Marco-Pena, les Biterrois avaient préféré aller en touche plutôt qu’assurer les points au pied. Un passage qui n’était pas anodin pour Jérôme Filitoga : "Ce fut un moment charnière effectivement et nous avons pu calmer les ardeurs des visiteurs pendant un petit moment." Les Biterrois iront se jauger à Agen la prochaine journée.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Rémy RUGIERO
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?