Toulouse, déjà loin de l’ombre de Kolbe

  • Les Toulousains de Cyril Baille, au sol, qui attaque sa treizième saison en rouge et noir, et Tim Nanai-Williams, ballon en mains, une des seules recrues stadistes de l’été, ont désormais rendez-vous avec La Rochelle pour l’entame du championnat.
    Les Toulousains de Cyril Baille, au sol, qui attaque sa treizième saison en rouge et noir, et Tim Nanai-Williams, ballon en mains, une des seules recrues stadistes de l’été, ont désormais rendez-vous avec La Rochelle pour l’entame du championnat. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Pour son unique rencontre amicale de présaison, le Stade a déroulé son rugby. Huit essais, une large victoire : les Haut-Garonnais sont déjà sur les bases de la saison dernière. Un nouvel exercice qu’ils disputeront pourtant sans leur faiseur de miracles, Cheslin Kolbe, dont le départ pour... Toulon, avait été officialisé seulement quelques heures avant la rencontre.

Parce qu’il paraît que le hasard fait bien les choses, voir Toulousains et Toulonnais croiser le fer le jour de l’officialisation du départ de Cheslin Kolbe pour la rade avait tout du pied de nez. Présent sur toutes les lèvres, le champion du monde sud-africain était pourtant bel et bien absent, vendredi soir à Nîmes. En sélection, le funambule de 27 ans a donc laissé son ancien club (avec lequel il a remporté deux Brennus et une Champions Cup) et ses futurs coéquipiers solder les comptes sur le pré. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’avec seulement trois semaines de préparation (!), les Toulousains ont prouvé à qui pouvait bien en douter que si Kolbe était un faiseur de miracles, ils leur restaient (encore et toujours) d’autres atouts dans leur manche. Dès lors, bien aidé par ses internationaux, le Stade a réalisé une première mi-temps au quasi-parfait : d’Antoine Dupont à Romain Ntamack, en passant par Lucas Tauzin ou encore Thomas Ramos, les Haut-Garonnais ont marqué six essais au cours du premier acte.

Pourtant, bien plus encore que le score (38-3 à la pause), c’est bien dans la manière que les Toulousains ont montrée que les six semaines de vacances post-finale de Top14 ne leur ont rien enlevé à leur rugby. Dominateurs en mêlée, pénibles au sol et capables de transformer chaque miette laissée par le RCT en essai de quarante-cinq mètres, les ouailles d’Ugo Mola ont prouvé que si tout n’était évidemment pas encore parfait, le Stade version 2020-2021 avait encore de beaux restes et que le 2021-2022 avait toujours la ferme volonté de dominer, tant que possible, le rugby hexagonal.

« Dommage de ne pas avoir pu lui dire au revoir »

Alors, Toulouse se relèvera-t-il du départ de son génie sud-africain ? Cette large victoire à, en tout cas, donné raison aux dirigeants toulousains, qui affirmaient, dans le communiqué qui a suivi l’annonce du départ de Kolbe, vouloir placer « l’institution Stade toulousain au-dessus de tout individu ». Mais parce que le rugby demeure toujours, quoi qu’on en dise, une histoire d’hommes, Cheslin Kolbe laissera bien plus qu’un vide sportif, après ses quatre saisons avec le Stade. « Chels’ ne ne reviendra pas avec nous… C’est dommage, on perd un bon joueur mais surtout un bon gars, soupirait en ce sens François Cros. Je ne commenterai pas sa décision car je n’ai pas échangé avec lui et que je ne connais pas du tout le contexte… Mais nous perdons un excellent joueur, qui avait une grande importance dans le vestiaire. C’est la vie. C’est dommage de ne pas avoir pu l’anticiper pour lui dire au revoir… Je lui souhaite plein de réussite. »

Officiellement toulonnais depuis vendredi, Kolbe devra désormais attendre la 23e journée de Top 14 pour recroiser la route de ses anciens coéquipiers (puisqu’il sera en sélection lors de la 2e). Un rendez-vous que le magicien - désormais de la rade - se fera un plaisir tout particulier de cocher sur son calendrier ? Sans le moindre doute, même si d’ici là, on ne doute pas que (beaucoup) d’eau aura coulé sous les ponts de la Garonne…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Pierrick Ilic-Ruffinatti
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?