Racing 92 : vingt-deux fins de contrat sur la table

  • Racing 92 : vingt-deux fins de contrat sur la table.
    Racing 92 : vingt-deux fins de contrat sur la table. Abaca / Icon Sport - Abaca / Icon Sport
Publié le , mis à jour

En coulisses, les dirigeants de clubs travaillent déjà à la constitution de l’effectif pour l’exercice 2022-2023. Du côté des Hauts-de-Seine, le chantier est vaste.

La saison s’annonce chargée pour le Racing 92. Sur les terrains où les Ciel et Blanc entendent gagner leur premier titre depuis 2016 mais aussi en coulisses où les dirigeants vont crouler sous les dossiers. Le club francilien va en effet être confronté à l’étonnant total de vingt-deux fins de contrat. Et pas des moindres.

Parmi les joueurs liés jusqu’au 30 juin 2022 – et donc potentiellement libres de s’engager ailleurs dès à présent, on trouve ainsi plusieurs cadres et internationaux : Camille Chat, Bernard Le Roux, Maxime Machenaud, Baptiste Chouzenoux et Juan Imhoff entrent dans cette catégorie. Surtout, de nombreux espoirs à potentiel sont concernés : Hassane Kolingar, Teddy Baubigny, Guram Gogichashvili, Yoann Tanga, Ibrahim Diallo, Nolann Le Garrec et Antoine Gibert, en tête. Sur ces dossiers considérés comme prioritaires, la direction ciel et blanc ne veut plus perdre de temps. Depuis plusieurs semaines, les décideurs ont accéléré les discussions afin de trouver rapidement une issue favorable pour avancer sur l’effectif du futur. Et s’éviter des déconvenues.

Pour russell, il y a bien eu contact

Pour d’autres, les premières semaines de compétition seront cruciales, à l’instar des piliers droit Ali Oz et Georges-Henri Colombes, attendus au tournant alors que le Racing 92 a été chahuté la saison passée dans le jeu d’avants. À certains postes, le chantier est complet, comme au talonnage où Le Guen, en plus de Chat et Baubigny, arrive au terme de son bail.

La politique de renouvellement du Racing ne sera pas uniquement conditionnée par le rendement sportif mais aussi par la perspective d’un salary cap amené à être revu à la baisse sur la durée (11 millions pour la saison actuelle, puis 10,7 en 2022-2023, 10,4 en 2023-2024 et 10 millions en 2024-2025). Considéré comme le plus gros contrat du club, Finn Russell va en tout cas bel et bien poursuivre sa carrière en ciel et blanc. Et ce malgré l’approche récente d’un club japonais, qui a sollicité ses conseils anglais sans aller plus loin. Sous contrat jusqu’en juin 2023, le 10 des Lions britanniques sera, sauf retournement de situation, encore dans les Hauts-de-Seine pour deux ans. Avec qui autour ? Là est toute la question.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?