La Rochelle - Toulouse : le rouge de Skelton a tout changé

  • Skelton lors d'un plaquage sur Dupont
    Skelton lors d'un plaquage sur Dupont Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Le carton rouge reçu par le deuxième ligne australien Will Skelton juste avant l’heure de jeu a totalement mis à mal le plan de jeu rochelais.

Il se dégageait une certain enthousiasme dans le camp rochelais, pour ne pas dire une certaine assurance qui laissait penser que les Maritimes avaient parfaitement préparé ces retrouvailles, récitant un plan enfin taillé pour battre le champion d’Europe et le champion de France. Les joueurs de Ronan O’Gara dominaient la conquête, les impacts, proposant un jeu séduisant avec plus de vitesse et de mouvements que celui de Toulousains incapables de réagir face à la pression des coéquipiers de Grégory Alldritt. C’était sans compter sur un énième grain de sable. En finale de Coupe d’Europe, il était venu d’un plaquage illicite de Levani Botia. En finale du Top 14, la sortie prématurée de Brice Dulin avait aussi déréglé la machine rochelaise.

Pour cette revanche tant attendue, malgré le peu de temps de préparation des deux équipes, c’est encore une décision arbitrale qui a plombé le plan rochelais. Sur une offensive toulousaine proche de la ligne des vingt-deux mètres rochelais à la 57e minute, l’arbitre accordait une pénalité en faveur des locaux, mais Julien Marchand signalait rapidement un plaquage à la tête sur son deuxième ligne Richie Arnold. L’arbitrage vidéo était cruel pour le deuxième ligne australien Will Skelton, arrivant sur le côté comme assistant plaqueur avec le bras armé et venant effectivement toucher son compatriote à la tête. L’arbitre décidait d’expulser Skelton, même si on pouvait penser qu’il aurait pu bénéficier d’une circonstance atténuante puisque le porteur de ballon, plaqué, était en train d’aller au sol. Mais le règlement est strict et les Rochelais se retrouvaient à quatorze.

Il n’en fallait pas plus pour changer complètement le cours de ce match. Après cinquante sept minutes largement en leur faveur, les hommes de Ronan O’Gara perdaient pied et l’enthousiasme changeait de camp (l’apport du banc toulousain y a aussi contribué). Sans la force de percussion de Will Skelton, sans sa présence pour ralentir les ballons au sol, sans sa capacité à empêcher les Toulousains de sortir les bras pour jouer debout dans une continuité qu’ils affectionnent tant, le Stade rochelais perdait sa pièce maîtresse. Le géant australien s’excusait au moment de quitter la pelouse, lui qui est pourtant un modèle de maîtrise malgré son jeu rude (à l’image de son plaquage magistral sur Antoine Dupont dix minutes auparavant). Ce n’est que le troisième carton rouge de sa carrière. Le deuxième avec le Stade rochelais après celui reçu en décembre dernier face à Montpellier. Mais ce jour-là, les Rochelais avaient su maintenir le cap. Face à leur bête noire, cet handicap a été insurmontable.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 7,90€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Djive-ST Il y a 11 jours Le 06/09/2021 à 23:56

Les rochelais ont pêché par orgueil !

S’ils avaient pris les points au lieu de croire en leur domination par ballon porté près de la ligne ils auraient gagné

Défier La Défense toulousaine en début de match c’est tout simplement irresponsable

Il suffit de voir comment ces toulousains jouent depuis deux saisons, ils défendent, ils défendent, ils défendent jusqu’à fatiguer l’offensive adversaire… puis ils lancent la cavalerie à la moindre faille ou opportunité

Dès l’entame de la seconde période on a senti la baisse d’énergie des deux côtés et les rochelais avait du mal à mettre leur jeu en place tandis les toulousains commettaient faute de main sur fautes de main


Les arbitres français quand à eux ont appliqué une règle internationale visant à protéger les joueurs