Les Aixois au forceps

  • Pro D2 - Le groupe de Provence Rugby
    Pro D2 - Le groupe de Provence Rugby Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Les Provençaux ont lancé leur saison en battant sur le fil les Nivernais à l’issue d’un match dense, intense et serré.

Les nombreux supporters présents à Maurice-David ont forcément retenu leur souffle dans les arrêts de jeu au moment où Reynolds, le demi d’ouverture neversois, s’est élancé pour tenter la pénalité du match nul ! On connaît la suite, un ballon légèrement sur la droite des poteaux et une délivrance collective pour les hommes de Mauricio Reggiardo qui ont failli ne pas être récompensés de leurs efforts. Une victoire au forceps, au caractère, à l’envie avec, une nouvelle fois, une bonne première période où les partenaires de Tyrone Viiga, le premier des guerriers aixois, avec notamment Quentin Witt et Jérôme Dufour comme lieutenants, ont mis les ingrédients pour contenir puis bousculer leurs invités.

Une défense agressive dans le bon sens du terme, des attaques tranchantes, un engagement de tous les instants et un break de sept points au repos. Mais, comme à Colomiers la semaine précédente, les Aixois ont connu un nouveau petit trou d’air en seconde période sans se désunir cette fois-ci. Ils ont même su revenir plus fort pour terminer les débats à leur avantage, reprendre le score et finir sur un succès précieux. Une différence fondamentale par rapport au match d’ouverture. Provence Rugby a joué en équipe dans les moments cruciaux et a montré sa capacité à rester soudés jusqu’au bout.

Viiga-Witt-Dufour, un trio aixois intenable

«C’était très important de gagner ici chez nous devant nos supporters et pour nous aussi pour vraiment rentrer dans ce championnat, soulignait le troisième ligne Quentin Witt. La semaine dernière, on avait craqué en seconde période à Colomiers. Et cette fois-ci, nous nous sommes accrochés, sans rien lâché. Au caractère, nous avons résisté. Nous sommes revenus dans le match pour ensuite nous imposer sur le fil avec cette réussite sur la fin où la pénalité de Nevers ne passe pas. Mais, nous avons montré de l’envie, de l’engagement. Face à une équipe très dense, nous avons été agressifs dans le bon sens du terme, avec également de la détermination. C’est donc positif puisque nous avons réussi à les contenir. On veut créer une véritable identité provençale pour montrer qu’ici, on sait recevoir. Nous voulons forcément marquer notre territoire. Alors, certes, il y a encore du boulot, bien sûr, notamment sur la touche où le bloc n’est pas encore au point mais il faut dire que Nevers est une des meilleures équipes dans ce secteur-là. Mais nous allons progresser tous ensemble pour enchaîner et monter en puissance en gardant ce même état d’esprit. »

Seul bémol, effectivement, le secteur de la touche qui doit être encore pensé et travaillé pour devenir plus efficace. Du côté des Nivernais, le manager général Xavier Pémeja regrettait la mauvaise entame de match ! « Je regrette surtout notre première mi-temps et quelques décisions arbitrales qui ont changé la donne, notamment l’essai de pénalité accordé aux Aixois et qui, pour moi, n’y était pas ! » Un brin de frustration légitime, certes, car les visiteurs ne sont pas passés loin du partage des points. Mais la bonification défensive est largement méritée, à l’issue d’un très bon match de Pro D2 où l’intensité et l’engagement auront été omniprésents. Avec ce premier succès, Aix-en-Provence a lancé sa saison pour le retour de ses supporters à Maurice-David et devra maintenir ce cap à Béziers.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Denis Ghiho
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?