Bleus : un sprint entre Jelonch et Fickou pour le capitanat

  • Bleus : un sprint entre Jelonch et Fickou pour le capitanat
    Bleus : un sprint entre Jelonch et Fickou pour le capitanat Icon Sport
Publié le , mis à jour

La question du capitanat ne sera tranchée que dans plusieurs semaines par l’encadrement tricolore. Néanmoins, deux noms semblent s’imposer...

Pour les Bleus, la problématique est la suivante : Charles Ollivon, capitaine des prémices de l’ère Galthié, est blessé à un genou (rupture des ligaments survenue fin juin) et ne reprendra la compétition qu’en 2022 ; Baptiste Serin, qui a déjà hérité des galons tricolores de son coéquipier au RCT, souffre quant à lui d’une épaule et ne sera opérationnel qu’à la fin de l’année civile. Dès lors, qui sera le Supremo des Bleus durant la tournée de novembre ? Ici, deux noms s’imposent.

D’abord, celui d’Anthony Jelonch : le troisième ligne du Stade toulousain a occupé la fonction lors du récent voyage du XV de France en Australie et de ce que l’on sait, l’encadrement tricolore fut très satisfait de son comportement. Jelonch, irréprochable sur le terrain, incarna au bout du monde le « leader par l’exemple » que cherchait Fabien Galthié pour encadrer un groupe pour le moins inexpérimenté et hétéroclite. Puisque le capitaine du groupe France doit aussi être intouchable à son poste, il est aujourd’hui avéré que Jelonch, en l’absence de Charles Ollivon, n’a que peu d’équivalents au poste de numéro 7 dans le championnat et devrait sauf accident être titulaire en équipe de France, cet automne.

Pourquoi s’évertuait-il à nous persuader du contraire, la semaine dernière ? « Je pense que mon capitanat en Australie, expliquait-il récemment dans les colonnes du Figaro, c’était juste pour la tournée. Des leaders incontestables vont revenir en novembre. On verra bien avec le staff. »

Fickou fait l’unanimité au Racing… Marchand est tentant

L’autre piste explorée par Fabien Galthié et ses adjoints mène à Gaël Fickou. Ménagé l’été dernier, l’ancien Parisien, déjà patron de la défense tricolore, est depuis devenu le capitaine du Racing 92 et fait l’unanimité du côté des Hauts-de-Seine. Par ailleurs, si Fickou poursuit la saison comme il l’a commencée le 4 septembre contre son ancien club, il formera vraisemblablement avec son coéquipier en club Virimi Vakatawa la paire de centres tricolores. Un troisième nom, celui de Julien Marchand, a aussi été évoqué mais à l’heure actuelle, le talonneur toulousain aurait un peu de retard sur Gaël Fickou et, surtout, Anthony Jelonch.

Pour l’heure, le staff tricolore réuni la semaine dernière à Marcoussis (Essonne) a choisi de se donner du temps avant de choisir, à tel point que la question du capitanat ne devrait pas être tranchée avant mi-octobre, soit au moment où les Bleus se regrouperont au CNR. L’idée, ici, est de ne pas perturber le début de saison de "l’élu" et de pouvoir manœuvrer sereinement, si l’un ou l’autre des candidats venait à se blesser avant le rassemblement.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 7,90€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?