Ludovic Radosavljevic suspendu 26 matchs

  • Ludovic Radosavljevic suspendu 26 matchs
    Ludovic Radosavljevic suspendu 26 matchs Icon Sport
Publié le

C’est une sanction médiane qui a suivi l’audition du joueur aixois Ludovic Radosavljevic, reconnu coupable d’injures racistes envers un joueur de Nevers, Christian Ambadiang.

C’est mercredi après-midi que Ludovic Radosavljevic, accompagné de son manager Mauricio Reggiardo et de son président Denis Philipon, a été entendu par la commission de discipline de la Ligue Nationale de Rugby. Et c’est ce jeudi matin que le verdict est tombé. 26 semaines de matchs de suspension pour l’Aixois ! Pour rappel, le demi de mêlée de Provence Rugby (32 ans) avait reconnu s’être rendu coupable d’injures racistes (« Je vais te brûler, mangeur de banane ! ») envers la personne de Christian Ambadiang, l’ailier de Nevers. C’était lors de la deuxième journée de Pro D2, jouée le vendredi 3 septembre.

Face à la commission présidée par André Dandrey, ancien dirigeant au Racing Club de France, l’ancien joueur de l’ASMCA (2008-2017) a donc livré sa version des faits et fut écouté pendant près de deux heures : s’il a reconnu une partie des faits et s’est excusé, il a en revanche nié avoir émis la moindre menace de mort. À ce sujet, Christian Ambadiang a de son côté confirmé au jury de la LNR que la phrase « je vais te brûler » avait bel et bien été prononcée par son adversaire.

Alors ? Après avoir délibéré durant de très longues heures, les membres de la commission de discipline de la LNR ont tranché pour une sanction médiane, voire carrément historique : reconnu coupable des faits, Ludovic Radosavljevic a été suspendu vingt six semaines e matchs ! Le barème des sanctions allait de 6 à 51 semaines de suspension), la Ligue Nationale de Rugby a donc décidé de se montrer mesurée sur le terrain de la lutte contre le racisme ou l’homophobie.

« Rado » pourrait disputer la fin de saison du Pro D2

Dans la mesure où Provence Rugby décidait de ne pas ajouter une sanction à celle prononcée par la LNR au sujet de Ludovic Radosavljevic, le joueur pourrait néanmoins refouler les terrains avant la fin du championnat.

À la lecture du délibéré, le camp « Rado » peut considérer cette perspective comme une main tendue vers un joueur exprimant visiblement un sincère désir de repentance, un rugbyman qui, après treize ans de sport professionnel, présentait mercredi après-midi un casier judiciaire vierge.
Reste à connaître la décision du club de Provence Rugby, qui avait mis à pied son joueur dans l’attente du verdict. À la décision de le licencier pour faute grave, ses dirigeants pourraient préférer lui imposer des travaux d’intérêt général pour participer activement à l’information et l’éducation des jeunes dans la lutte contre le racisme ou toutes formes de discrimination.

Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?