Hirigoyen s'est vite adapté au Top 14

  • Très bon contre l’UBB, de nouveau auteur d’une belle performance à Perpignan, Mathieu Hirigoyen va enchaîner une troisième titularisation d’affilée face au Racing.
    Très bon contre l’UBB, de nouveau auteur d’une belle performance à Perpignan, Mathieu Hirigoyen va enchaîner une troisième titularisation d’affilée face au Racing. Icon Sport - Hugo Pfeiffer
Publié le

Le jeune joueur formé au club connaîtra, samedi, sa troisième titularisation d’affilée. Malgré une concurrence importante à son poste et un niveau qu’il découvre, il est un des hommes en forme du moment.

C’est très certainement en troisième ligne que le Biarritz olympique compte, aujourd’hui, la plus belle concurrence. Après tout, les Rouge et Blanc ont, à ce poste, trois internationaux (Armitage, Dyer, Dixon), des joueurs d’expérience (Erbani, Cramond), le patron de leur alignement (O’Callaghan) et des jeunes ambitieux (Jalagonia, Hirigoyen). Cependant, les sélections et l’âge ne font pas tout. Au gré des blessures et de la forme du moment, Mathieu Hirigoyen (22 ans) a été choisi par le staff biarrot pour démarrer les deux premiers matchs avec le numéro 7 dans le dos. « Je n’ai pas été surpris, mais content. C’est énorme de pouvoir jouer en Top 14 avec mon club de cœur. Il y a eu quelques pépins physiques, donc j’ai pu faire mon chemin pendant la préparation. Ce n’est qu’un début, j’espère que ça continuera », raconte l’intéressé. « Tout ça, c’est lié à sa constance à l’entraînement. Il a commencé cette saison comme il a fini la dernière : avec de très bonnes prestations, beaucoup de sérieux et d’application », ajoute Matthew Clarkin.

 

Il est le Biarrot qui a le plus plaqué


Troisième ligne coureur (Clarkin disait de lui, en 2019, qu’il était un mélange entre Olivier Magne et Julien Bonnaire), Mathieu Hirigoyen rappelle, en ce début de saison, qu’il est aussi un bon défenseur. Après deux journées, il est le Biarrot qui a le plus plaqué (22 fois). « Il a une technique très efficace, analyse Matthew Clarkin. Malgré le fait qu’il ne soit pas le joueur le plus épais du championnat, il ne subit pas trop. Il arrive à plaquer bas, à faire des plaquages offensifs et à mettre les autres sur le reculoir. C’est aussi là qu’il est très performant, depuis quinze jours. »
Offensivement aussi, le garçon formé à l’Anglet olympique et arrivé à l’âge de 13 ans au BO, semble à son aise depuis la rentrée. Avec Lonca, il fait partie des Basques qui comptent le plus de franchissements et il n’est pas rare de le voir occuper un couloir des cinq mètres qu’il apprécie. Sa course tranchante sur le flanc gauche, la semaine dernière, fut à l’origine du deuxième essai biarrot contre Perpignan. Et une semaine plus tôt, il fit parler sa vitesse sur un ballon de récupération qui amena, ensuite, l’essai de Brett Herron. « Nous, le staff, savons très bien à quel niveau il peut être, poursuit le directeur sportif biarrot. Mathieu, comme tous les jeunes joueurs, a juste eu par moments des problèmes de constance et de régularité. Il a fait beaucoup d’efforts là-dessus pendant la saison dernière, et maintenant, on voit dans la construction de sa semaine qu’il se met dans les bonnes conditions afin d’être performant. Pendant 80 minutes, il est concentré et appliqué. Je ne suis pas du tout surpris par ses prestations. »
Samedi, face au Racing et sa troisième ligne de qualité, un nouveau défi attend désormais le champion du monde U20 (2019). Il a relevé les deux premiers avec brio cette saison. Jamais deux sans trois ?

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Pablo Ordas
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?