À Lyon, les internationaux assurent

  • À l’image de son coéquipier Demba Bamba, l’international français Baptiste Couilloud a assumé son statut et porté son équipe. Photo Icon Sport
    À l’image de son coéquipier Demba Bamba, l’international français Baptiste Couilloud a assumé son statut et porté son équipe. Photo Icon Sport Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Sous le feu des critiques, les internationaux lyonnais ont répondu présents. Ils doivent maintenant confirmer et gagner en régularité.

Après une rentrée collective ratée à Pau, symbolisée par la contre-performance de Demba Bamba, les internationaux lyonnais ont retrouvé le stade de Gerland. À l’image du pilier international, attaqué sur les réseaux sociaux de manière scandaleuse (lire notre dossier sur le racisme), ils ont mis les choses au point.

Le joueur a lancé son équipe avec un premier essai tout en puissance. Il a aussi et surtout apporté beaucoup dans tous les compartiments du jeu. « Par rapport à ses performances de la semaine dernière, aurait-il dû jouer cette semaine, interrogeait Pierre Mignoni. Certainement pas. Mais je voulais lui donner l’opportunité de rebondir. Il a répondu présent. L’essai est le bonus. Ce qui m’intéresse est tout ce qu’il fait dans la pré-action, dans le sans-ballon, dans les choses utiles pour l’équipe. Il faut qu’il se concentre sur ça. Maintenant, je veux le voir sur le prochain match, et le prochain, et le prochain. C’est comme ça qu’il doit être. Il en est largement capable. J’attends de lui de la régularité sur le terrain et en dehors. Il le sait. Nous en avons discuté. C’est un garçon très intelligent, capable de bien mieux.»

Couilloud plus gestionnaire

Ces remarques et ces critiques peuvent s’appliquer à tous les Bleus lyonnais. L’heure d’une certaine indulgence liée à leur jeunesse est passée : les Couilloud, Cretin, Barassi et compagnie n’incarnent plus le futur du Lou, mais son présent. Ce ne sont plus des jeunes qui montent mais des joueurs qui doivent affirmer leur place, prendre les choses en main. Dans cette optique, le manager a précisé sa pensée suite à sa sortie la semaine précédente. « J’ai eu la chance d’être international, on était exigeant avec moi, rappelle-t-il. C’est normal. Quand tu représentes ton pays, tu dois donner plus, tu dois doper ton équipe ! »

Outre Demba Bamba, le demi de mêlée Baptiste Couilloud a également fait un match de haut niveau. Il a fait preuve d’une sobriété rare, qu’on ne lui connaissait pas forcément. Il n’a pas tenté d’allumer des mèches à tout bout de champ, une habitude qui tournait au péché mignon. Il a su attendre son heure, fait jouer son équipe, avant de porter plusieurs estocades en fin de match, jouant les coups à meilleur escient, avec notamment un jeu au pied bien senti sur un ballon de récupération.

De son côté, Pierre-Louis Barassi s’est blessé à une cheville en marquant un essai. Devant, Romain Taofifenua, Dylan Cretin et Kilian Géraci ont tenu leur place. « Pour Kilian, c’était la rentrée scolaire, sourit Pierre Mignoni. Il faut qu’il se fasse violence, qu’il nous apporte beaucoup plus. Kilian, dans le combat, est capable d’être un joueur incroyable. Il doit aussi nous amener ça, comme Romain (Taofifenua), Félix (Lambey). Sur ce poste, ils doivent dynamiser notre paquet d’avants, le booster ! »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Sébastien FIATTE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?