L'Usap s'appuiera sur sa furia et sa cohésion contre Toulon

  • Les avants catalans, et notamment le jeune talonneur Lucas Velarte (complètement à droite) ont un gros défi à relever face à leurs vis-à-vis toulonnais. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
    Les avants catalans, et notamment le jeune talonneur Lucas Velarte (complètement à droite) ont un gros défi à relever face à leurs vis-à-vis toulonnais. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Première grosse affiche à Aimé-Giral, ce samedi soir. Face notamment à un pack quatre étoiles, l’Usap devra se sublimer pour forcer son destin.

Le vrai, le grand, l’impressionnant Top 14 est de retour à Aimé-Giral samedi soir. Deux semaines après le choc des promus dans la cathédrale catalane, les stars de l’élite vont revenir en masse, sous les couleurs rouge et noir. Lucas Velarte, un des espoirs montants de l’Usap, s’en frotte les mains. Et commence à se chauffer les épaules. «Il n’y a pas trop d’appréhension, c’est surtout des sentiments positifs : de l’excitation et du bonheur d’avoir ce genre de confrontations, se projette le talonneur. Le fait de jouer des équipes qui sont supposées bien plus fortes et qui ont l’habitude de l’élite, c’est très motivant. Moi qui aime les challenges, je suis servi.»

Le paquet d’avants tout particulièrement, va être confronté à ce qui se fait de mieux, sur le papier. Imaginez donc : le pack aligné par le RCT face au Stade français affichait près de 300 capes, réparties entre sept joueurs, seul Brian Alainu’uese n’ayant pas connu cet honneur, bien qu’en ayant le niveau : «Devant, c’est une très belle équipe avec des internationaux et pas n’importe lesquels. Des gars qui se sont révélés très forts au plus haut niveau. Rien que la troisième ligne Isa-Parisse-Nakarawa, c’est incroyable. Parisse, notamment, est un joueur que j’adore. Ça me donne le sourire.» Mais au coup d’envoi, il ne sera évidemment plus question ni de palmarès ni d’admiration. Lucas Velarte en a pleinement conscience : «J’ai envie de jouer contre ces mecs. Du genre : voyons si j’ai le niveau. Je les connais bien mais eux ne me connaissent pas. Je veux qu’à la fin, il se dise que le petit gars d’en face était quand même pas mal.» Les paroles du talonneur valent pour l’ensemble de ses partenaires, des espoirs aux briscards en passant par les talents méconnus du vestiaire. La dynamique de groupe devra porter tout ce petit monde à une performance de haut vol.

«Apporter notre envie, notre énergie»

Ça commencera devant et dès le coup d’envoi : «Toulon est une équipe très agressive qui entame bien ses matchs et tape fort direct. Il faudra jouer sans complexe tout en faisant plaisir. Il faut trouver ce plaisir dans l’engagement et dans la maîtrise. Pour réussir un grand match, nous devrons être bons sur les sorties de camp, sur la stratégie, sur la précision dans les zones de marque… C’est le moment de montrer notre niveau et ce qui est travaillé à l’entraînement. Il faut être à la hauteur des exigences du Top 14. En Pro D2, on pouvait rattraper les petites erreurs. Là, en face, il n’y a que des équipes plus fortes.» Aux Sang et Or de faire valoir leurs arguments : leur furia, leur cohésion et leur homogénéité. «Nous avons plein de mecs qui sont passés par des grands clubs et qui ont l’expérience de l’élite, les Chouly, Faasalele, Acebes, Taumoepeau et d’autres. Il faut les suivre. Et de notre côté, les plus jeunes, il nous est demandé d’apporter notre envie et de l’énergie. C’est en mettant tout ça que le collectif atteindra son niveau optimal.» Et pourra déjouer les pronostics.

Si Perpignan veut atteindre son objectif de saison, il devra de toute manière tôt ou tard renverser des colosses. Comme les opportunistes Biarrots ont su le faire face à Bordeaux-Bègles et le Racing 92. «C’est un rendez-vous hyper important. Le but, c’est le maintien. Il nous faut gagner ces matchs.« Deux semaines après un succès au courage contre le BOPB, dans le sillage d’une conquête solide et d’un mental à toute épreuve, l’adversité monte d’un cran. Et avec l’excitation de tout un peuple.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Vincent BISSONNET
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?