Couilloud, au nom du frère

  • Baptiste Couilloud va, pour la première fois de sa carrière, affronter son petit frère Barnabé en match officiel.
    Baptiste Couilloud va, pour la première fois de sa carrière, affronter son petit frère Barnabé en match officiel. Icon Sport
Publié le

Aîné de Barnabé pour un an et demi, Baptiste Couilloud pose un regard bienveillant sur la carrière de son frère et a hâte de le croiser sur le terrain.

À Lyon, Couilloud rime avec Baptiste, à moins que ce ne soit le contraire. Samedi, pour la première fois, il ne devrait pas y avoir un, mais deux Couilloud sur une feuille de match. Pendant des années, à Lyon, ils n’ont jamais fait que se croiser: « Nous avons un an et demi d’écart mais deux ans sur le plan civil, donc nous n’avons jamais eu l’occasion de nous entraîner ensemble ou de jouer l’un contre l’autre. »

Et ils ont connu des trajectoires différentes. Si l’aîné a très tôt trouvé sa place en pro, avec des apparitions bien avant ses vingt printemps, le plus jeune des Couilloud a dû emprunter les chemins de traverse. Forçant le respect de son aîné. « Il a fait un choix courageux. Il a fait le pari de partir de Lyon pour s’engager dans un nouveau projet à Biarritz, sans avoir jamais joué en pro. Il s’est éloigné de sa famille, de sa ville natale. Il a changé complètement d’environnement. Il fallait s’intégrer dans une nouvelle ville, un nouveau club. Je pense qu’il y est parvenu. En ce début de saison, il a la confiance de son staff, de ses dirigeants. Il joue et il est plutôt très performant. C’est bien. Je suis très heureux pour lui de le voir évoluer à ce niveau-là. »

Des études similaires

Cela n’empêche pas de se chambrer. Si l’aîné se fait discret, au moins officiellement, le plus jeune n’hésite pas à lancer les hostilités. « On va se chambrer », sourit Barnabé. « J’ai hâte de voir ce qu’il va m’envoyer avant ce fameux match », souffle le Lyonnais. Quoiqu’il arrive, le match ne devrait pas les séparer. Au contraire. « Nous étions proches et nous le sommes devenus encore plus depuis son départ de Lyon, explique Baptiste. Nous vivons tous les deux dans un environnement qui se ressemble. Il joue maintenant à haut niveau. Nous avons fait des études similaires. Nous avons fait notre dernière année d’IUT Génie civil ensemble puisque j’avais pris un peu de retard. J’espère que nous pourrons nous affronter dès le début du match. Le collectif prime mais j’ai hâte d’être sur le terrain, qu’on puisse s’expliquer tous les deux ! »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Sébastien FIATTE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?