À Toulon, la victoire n'efface pas la crise qui monte

  • Malgré la victoire contre Brive, les Toulonnais restent englués dans le doute. Photo Icon Sport
    Malgré la victoire contre Brive, les Toulonnais restent englués dans le doute. Photo Icon Sport
Publié le , mis à jour

Si elle offre un peu de répit au RCT, la victoire poussive face à Brive n’a évidemment pas balayé totalement la crise qui pointe le bout de son nez depuis le début de saison sur la rade.

Au terme d’une semaine on ne peut plus toulonnaise, marquée par la sortie publique de Bernard Lemaitre, qui s’est notamment demandé si cela avait du sens de faire la guerre "avec des troupes dont nous ne sommes pas sûrs à 100 % ?", faisant comprendre qu’il attendait (beaucoup) plus de ses joueurs, le groupe varois s’est "dit les choses", comme le veut le poncif. Comprenez qu’après les défaites à Perpignan puis Castres, les joueurs se sont rassemblés. Avec le staff, les dirigeants, mais également entre eux, pour tenter de faire le point sur une situation de moins en moins contrôlable. D’où viennent les maux toulonnais ?

Le staff a-t-il une part de responsabilité ? Certains l’ont pensé, d’autres l’ont même exprimé, quand certains ont affirmé ne pas comprendre comment le problème pouvait venir d’ailleurs que des joueurs. Vestiaire divisé ? C’était également le constat de Bernard Lemaitre qui, après avoir mené une investigation (en rencontrant certains joueurs, ce qu’il continuera de faire la semaine prochaine) n’a pu que reconnaître que tout le monde ne poussait pas dans la même direction.

"J’ai découvert que nous étions une équipe qui n’en est pas une." La solution à ses yeux ? "Ce n’est peut-être pas là où la vox populi voudrait me conduire que se situe le problème. Si un général a de mauvaises troupes, il ne va pas gagner la guerre…"

Traduction ? Si une partie du public réclamait le départ de Collazo, Bernard Lemaitre a pour l’instant fait le choix de conforter son manager, préférant demander à ses joueurs de montrer plus d’unité.

Lemaitre recevra Collazo après La Rochelle

Dès lors, dos au mur et alors que chacun a pris plus ou moins personnellement cet avertissement du président, le groupe a tant bien que mal préparé la réception (déjà décisive) du CABCL, avec la volonté de repousser quelque peu la crise qui couve depuis plusieurs mois. Et finalement ? Dans la douleur, les Varois sont parvenus à valider leur deuxième succès de la saison.

Témoin direct, Anthony Belleau racontait cette drôle de semaine après la victoire : "Nous, les joueurs, nous sommes réunis car il fallait que l’on réagisse. On a eu des mots assez forts. On a parlé honnêtement, on s’est dit qu’il fallait qu’on grandisse, qu’on arrête de subir tous les événements. […] On s’est dit qu’il fallait qu’on prenne nos responsabilités, qu’on assume un peu plus nos choix. Il était hors de question de continuer comme cela." Et finalement ? "Tout n’a pas été parfait (contre Brive), mais quand tout le monde va dans le même sens, on peut se regarder dans les yeux."

Si cette deuxième victoire en six journées a donné un peu de baume aux cœurs des joueurs, tous sont bien conscients qu’il faudra bien plus qu’un succès poussif face à Brive pour repousser définitivement ce début de crise. D’ailleurs, tout sera (déjà) remis à zéro dès la semaine prochaine, lors de la réception du Racing 92, avant un déplacement tout aussi périlleux à La Rochelle.

"Patrice Collazo est le patron pour le prochain match face à Brive. ll le sera pour le match contre le Racing, mais aussi La Rochelle, un déplacement qui aura valeur de test. Ensuite, comme initialement prévu, je ferai un bilan avec lui", avait alors précisé Lemaitre à Rugbyrama vendredi. Quelle décision prendra-t-il ? Si personne ne le sait aujourd’hui, tout le monde semble en tout cas avoir pris conscience que le club frappé du muguet est à un nouveau tournant de son histoire.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Pierrick Ilic-Ruffinati
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?