Battu par Lyon, Biarritz est rentré dans le rang

  • Les Biarrots de Francis Saili se sont lourdement inclinés à domicile.
    Les Biarrots de Francis Saili se sont lourdement inclinés à domicile. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Lourdement battu par Lyon, le BO est dans la zone rouge. Il devra maintenant montrer qu’il a du caractère pour redresser la tête.

Ça y est. L’état de grâce est terminé. Après un début de saison encourageant et des victoires contre l’UBB et le Racing, le Biarritz olympique vient de subir en quinze jours deux défaites à domicile. Si la première, contre le Stade toulousain (11-17), était frustrante au vu de l’investissement des Basques, lesquels s’étaient battus comme des lions face au champion de France en titre, le revers face au Lou (5-40) laisse un sentiment différent. « Je sais que ce n’était pas le vrai visage du BO, soupirait le capitaine Steffon Armitage au coup de sifflet final. On dirait que nous n’avions pas envie de jouer avec le ballon. » 

En réalité, le club basque n’a jamais trouvé la solution pour déstabiliser le rideau défensif du Lou, imperméable samedi après-midi sur la pelouse d’Aguilera.

La satisfaction Vincent Martin

Il s’y est cassé les dents et n’a pas été au niveau requis afin d’espérer rivaliser. « Le résultat est plutôt logique, concédait l’entraîneur des avants Shaun Sowerby en conférence de presse. C’était solide en face, trop pour nous. Notre équipe a tenté, mais elle n’y est pas arrivée. » 

Dans cet après-midi morose au Pays basque, néanmoins, Vincent Martin a montré à ses entraîneurs qu’ils avaient fait le bon choix en le titularisant sur l’aile droite. Remplaçant contre le Racing, La Rochelle et Toulouse, marqueur lors des deux derniers matchs, l’ancien joueur de Montpellier fut certainement le Biarrot le plus remuant et dangereux, derrière. Au sujet du paquet d’avants, malgré un lancer pas droit (21e), le jeune Clément Renaud, qui connaissait sa première titularisation en Top 14 et seulement son troisième match avec les professionnels, n’a pas été impressionné par l’événement.

Propre sur les phases statiques, dynamique dans le jeu, le garçon de 21 ans a rendu une copie plutôt intéressante. Voilà, peut-être, les quelques rares satisfactions pour le club basque qui devra, dès lundi, basculer sur la préparation d’un voyage, à Castres (samedi 15 heures), où un vrai test de caractère l’attend.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Pablo Ordas
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?