En l'emportant face à Brive, Toulon s’offre une pipette d’oxygène

  • Le demi d’ouverture du RCT est l’auteur du seul essai de la rencontre.
    Le demi d’ouverture du RCT est l’auteur du seul essai de la rencontre. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Alors qu’ils semblaient souverains après un premier acte maîtrisé, les Toulonnais ont finalement dû batailler jusqu’à la sirène pour s’offrir le deuxième succès de leur saison.

Parce qu’on aime cultiver sa différence sur la rade, personne n’a réellement été surpris quand, alors que le RCT s’offrait son deuxième succès de la saison, une très large majorité du public exprimait son mécontentement dans un Mayol plein au trois-quarts. Une première bronca, d’abord, à la mi-temps, alors que Toulon menait 10-0, suivie d’une seconde, bien plus globale au terme de la rencontre.

Parce que le public toulonnais est devenu trop exigeant depuis une décennie ? Ou alors qu’il n’a pas apprécié la prestation, trop insuffisante, de ses protégés, malgré le succès ? Certainement un peu des deux, pour un public qui peinait à comprendre comment le RCT souverain du premier acte avait bien pu finir par se mettre le feu en seconde période, pour finalement terminer à bout de souffle cette nouvelle rencontre.

« Le mécontentement des gens je le comprends, le rugby je le connais et je sais le niveau que l’on a actuellement. Il n’est pas bon. Ce n’est pas notre niveau. » affirmait Patrice Collazo, bien conscient que son équipe demeure en convalescence, après un début de saison plus compliqué qu’initialement imaginé, et marqué cette semaine par la prise de parole publique de Bernard Lemaitre, qui a expliqué ne pas goûter du tout au manque d’investissement de certains de ses joueurs.

« L’impression que tout le monde se regarde » 

Auteur de l’intégralité des points du RCT, Anthony Belleau semblait quant à lui bien plus touché par les sifflets de Mayol, et l’expression directe du mécontentement des supporters, tant sur les réseaux sociaux, qu’au stade, avec notamment une banderole des Fils de Besagne « Réagissez et faites honneur à nos couleurs ». « Ça me touche, car j’ai l’impression que tout le monde se regarde un petit peu, qu’on n’est pas forcément unis, que toutes les parties prenantes du club ne vont pas toutes dans le même sens, soufflait l’ouvreur international (25 ans, 12 sélections). Toulon mérite beaucoup mieux. Je peux comprendre certaines choses, et nous, les joueurs, sommes les premiers responsables de cette situation. Mais ça me rend un peu triste, car Toulon doit être plus uni, que ce soit la ville, le club, les supporters, les joueurs. » 

Cette courte victoire servira-t-elle de « déclic », comme espéré par le numéro 10 ? Seul l’avenir le dira, mais tout le monde au club semblait en tout cas se contenter de ce court succès, bien conscient qu’une défaite aurait à l’évidence plongé le RCT dans une crise bien plus profonde. Sifflés, conspués, mais soulagés, les Toulonnais ont soldé un premier problème contre Brive, tout en sachant pertinemment qu’ils seront (à nouveau) attendus au tournant la semaine prochaine contre le Racing 92.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Pierrick Ilic-Ruffinatti
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?