La Rochelle : le "vrai" départ de Jonathan Danty

  • Le "vrai" départ  de Danty
    Le "vrai" départ de Danty
Publié le

Le trois-quarts centre a débuté un match, en club, sous un autre maillot que celui du Stade français. Un petit événement en soi.

Mine de rien, ça a dû lui faire tout drôle. Non pas qu’il en avait perdu l’habitude mais sortir du tunnel pour entrer dans l’arène, Jonathan Danty avait coutume de le faire tout de rose vêtu. Et, à quelques exceptions près, du haut de ses 9 sélections, en Bleu. Samedi, le "titi" parisien a honoré sa première titularisation en club sous une autre tunique que celle de son Stade français chéri.

"Déjà quand j’étais remplaçant, ça m’a fait bizarre, concède le centre international, entré en cours de jeu face à Biarritz et Montpellier. J’ai passé 13 ans là-bas (à Paris, N.D.L.R), c’est une très longue période de ma vie. Après, ça reste mon choix, j’ai voulu voir autre chose et me challenger sur ma potentielle fin de carrière, ces quatre prochaines saisons. Au début, il y a un temps d’adaptation assez délicat car on ne sait pas trop où l’on met les pieds […] Je n’ai jamais eu l’honneur d’avoir autant de personnes qui encouragent mon équipe. Ça fait du bien, ça permet aussi parfois de se dépasser sur le terrain. Très bonne expérience."

Sous les yeux des 16 000 spectateurs de Deflandre, Jonathan Danty n’a pas encore atteint le rendement de son époustouflante précédente saison. La faute à une préparation perturbée par une opération du genou, au sortir de la tournée estivale du XV de France en Australie. S’il ne ressent désormais plus aucune douleur, la recrue phare de l’intersaison a désormais besoin d’enchaîner et d’assimiler encore davantage les systèmes maritimes.

O’Gara "impressionné"

Cela n’empêche pas, déjà, quelques coups d’éclat. Comme ce leurre offensif au quart d’heure de jeu, pour tromper le rideau castrais. Ou encore cette passe décisive au pied, une semaine plus tôt, au GGL Stadium.

"Si je me la suis repassée en boucle ? Oui (sourire). C’est vrai ! Même moi, j’ai du mal à imaginer à quel moment j’ai pu penser faire ça, en rigole Danty. Chaque semaine, j’essaie de montrer quelque chose de différent dans ma palette de rugbyman. J’ai réussi mon geste, c’est bon à prendre pour la confiance. J’ai quand même pas mal de chance, le terrain de Montpellier a tendance à avoir des rebonds qui vont dans l’axe. Normalement, le rebond ramène le ballon à La Rochelle ! Ronan m’a chambré pendant la semaine."

Un O’Gara non moins sous le charme. "Jonathan Danty est un phénomène. Je suis très impressionné par lui", lâchait le manager samedi soir. Son nouveau poulain ne demande qu’à en lui mettre plein la vue : "J’ai hâte de revenir à 100 % et d’être très performant. Je n’oublie pas l’objectif premier pour lequel je suis venu ici : gagner ! Aller chercher un truc cette année." C’est parti pour Danty !

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Romain ASSELIN
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?