Lyon veut croquer Toulouse

  • Les Lyonnais de Thibaut Regard grapillent, point après point.
    Les Lyonnais de Thibaut Regard grapillent, point après point. Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Sans être transcendant, le Lou est sur le podium, grâce aux nombreux points de bonus décochés. S’il assure ne pas faire de la réception de Toulouse un rendez-vous particulier, un succès validerait son début de saison.

Le Lou se bonifie. Et on ne parle pas seulement de sa capacité à ajouter des points supplémentaires à ses victoires ou à ses défaites. Grâce à cinq points de bonus pris en six journées, les Lyonnais sont sur la troisième marche du podium, devant le Racing, qui a pourtant un meilleur bilan (quatre victoires et deux défaites, contre trois victoires et trois défaites). « Un point par-ci, un point par-là, ça compte, souffle Pierre Mignoni, qui exècre toujours autant la défaite, mais ne néglige pas l’aspect comptable. Cela minimise certaines défaites… Et à Biarritz, nous avons pu récupérer un point. »

Sur la côte basque, le Lou a peut-être ramené plus que cinq points : des certitudes et une certaine confiance. Cette victoire avec une équipe remaniée valide la politique menée par le staff depuis le début de saison, à savoir un roulement permanent, sans attendre qu’un joueur soit blessé ou cuit pour le sortir du quinze ou des vingt-trois. Si ces roulements ont peut-être pu expliquer certaines atermoiements et manquements, ils pourraient à moyen terme permettre au Lou de toucher des dividendes.

Pas un match de gala

Gagner à l’extérieur avec une composition très éloignée de ce qu’on imagine être l’équipe type n’est jamais anodin. « On pourra tourner cinq, huit, dix joueurs, quinze, dans les vingt-trois, rappelle Pierre Mignoni. Tant que nous serons épargnés par les blessures… C’est grâce aux joueurs, grâce à l’émulation entre eux toute la semaine. Sans ça, tu ne peux pas faire partie de cette équipe. Ils connaissent la règle du jeu. » Une autre règle du rugby français est que souvent Toulouse gagne à la fin. Parfois même au début. Sans être transcendant, les Toulousains, invaincus et bénéficiant d’une sacrée avance au classement, se présente à Gerland. Pour un match de gala ? Justement non. Du côté de l’ancien Toulonnais, on veut banaliser l’événement. « On veut créer une importance sur chaque match. La réception de Toulouse n’est pas plus importante que le déplacement à Biarritz, ou que le prochain voyage à Paris la semaine prochaine. C’est important de le comprendre. Jouer Toulouse est toujours un match difficile. Nous connaissons leur qualité, leur capacité à faire des choses incroyables. Mais nous nous concentrons sur nous. »

Pour arriver à renverser le double champion de France et champion d’Europe en titre, le Lou a décidé de ne rien changer. Depuis le début de saison, victoire ou défaite, il garde le cap, et semble progresser à petits pas. S’il n’a pas dramatisé le revers contre Bordeaux, il n’a pas porté aux nues le succès à Biarritz. « Il ne faut pas seulement reproduire ce que nous avons fait là-bas, mais faire mieux.  Voire même beaucoup mieux, pour arriver à être la première équipe à faire tomber les Toulousains cette saison.

Sébastien FIATTE
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?