Bon dernier du classement depuis le début de la saison, Vannes a enfin gagné !

  • Avec sept essais inscrits face à un SUA bien trop faible, les Vannetais s’offrent leur première victoire de la saison avec en prime, un bonus offensif.
    Avec sept essais inscrits face à un SUA bien trop faible, les Vannetais s’offrent leur première victoire de la saison avec en prime, un bonus offensif. Le Télégramme - Nicolas Creach
Publié le

Les Bretons ont enfin stoppé l’hémorragie, vendredi soir contre Agen. Pour méritoire qu’elle soit, cette victoire ne constitue pourtant en aucune manière une guérison pleine et entière.

Dans le coin bleu du ring, un RC Vannes triomphant qui vient de mettre KO son adversaire, Agen, qui dans le coin rouge a le cœur qui saigne. Le SUA a été puni et a payé au prix fort (trop même !) le réveil d’une formation vannetaise qui n’aura jamais laissé la moindre place à un possible retour des Lot-et-Garonnais, dépassés par les événements et surtout par l’envie et l’enthousiasme des Bretons portés par un public qui avait retrouvé de la voix et du bonheur. Il n’est pas question ici de minimiser l’impact de cette victoire, mais bien de la relativiser. Pour méritée qu’il soit, ce succès n’est pas la panacée et la solution à tous les problèmes connus jusqu’alors par le club vannetais, même si le collectif a montré un tout autre visage et notamment une belle constance dans l’effort, couronnée de sept essais.Du reste, l’entraîneur du RCV se voulait très mesuré dans ses propos. Pas question de se gargariser, mais de relativiser parce que ce RCV n’avait pas rencontré l’équipe la plus consistante, la plus en confiance, la plus dense et la mieux organisée. De souligner encore que l’essai raté de Graou, six minutes après la reprise, constituait le tournant du match.

Sentiment de honte pour Agen

Sylvain Mirande, son homologue des trois-quarts agenais, répondait que ce n’était qu’un fait de jeu et «qu’on ne sait pas ce qui se serait passé par la suite. Le fait est que revenus à 12-7, nous aurions pu peut-être alors tenir le bras de fer et espérer une fin de match avec plus de suspens. à l’heure de jeu, l’équipe donnait encore l’impression d’être toujours dans le match avant de voler en éclat dans les dix dernières minutes.»

Ce constat d’impuissance, Vincent Farré - convalescent de deux côtes fracturées, qui a passé une saison à Vannes 2016-2017 - le faisait encore. «Après un tel match, il y a un sentiment de honte qui transpire. Les choses se bousculent dans les têtes et c’est difficile de trouver les mots. Nous sommes tous abattus, car nous n’avons pas su répondre présents. La situation est triste.» Agen a payé cher ses erreurs et son incapacité à contrer l’enthousiasme des Vannetais. «À ce niveau-là, les erreurs ne pardonnent pas. Nous avons une équipe jeune. Ces faits de match nous sortent de la rencontre petit à petit et face à une équipe comme Vannes, qui n’est pas à sa place au classement actuel, nous avons été dépassés dans tous les compartiments du jeu.» Amer constat pour un avenir immédiat encore sombre pour Agen. Le RCV lui, devra confirmer.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Didier LE PALLEC
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Telegramma Il y a 1 mois Le 17/10/2021 à 22:33

Encore un et ce sera vraiment reparti !!