XV de France : Ntamack et Jalibert, une concurrence sous surveillance

  • XV de France : Ntamack et Jalibert, une concurrence sous surveillance
    XV de France : Ntamack et Jalibert, une concurrence sous surveillance Midi Olympique - Patrick Derewiany - Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

La concurrence entre Ntamack et jalibert est l’objet de toutes les attentions de la part du staff technique tricolore. Explications.

C’est un fait : avec Romain Ntamack et Matthieu Jalibert, le XV de France tient entre ses mains deux pépites. Deux ouvreurs de classe mondiale. Deux joueurs aux ambitions similaires. Deux forts caractères aux ego bien affirmés. Et l’on ne peut que s’en réjouir sur le plan sportif. Oui, mais voilà, c’est aussi un casse-tête pour le staff des Bleus. Sportivement, associer les deux joueurs dans un XV de départ paraît peu probable (lire ci-contre), au risque de renforcer leur concurrence. Depuis sa prise de fonctions, à chacune de ses prises de parole, Fabien Galthié s’attache à ménager les susceptibilités de l’un ou de l’autre. Le patron des Bleus sait qu’il a besoin de ses deux ouvreurs. La blessure à la mâchoire du Toulousain au début de cette année 2021, permettant au Bordelais de prendre la suite du Tournoi des 6 Nations avec un franc succès, a montré combien l’abondance de biens est précieuse.

Communication sous contrôle et éléments de langage

Voilà pourquoi le staff apporte un soin tout particulier dans l’attention qu’il porte à ces deux joueurs. Chacune des prises de parole de l’un ou de l’autre est quasi sous surveillance, plus ou moins supervisée. Objectif : ne pas mettre le feu aux poudres entre deux garçons qui se respectent mais affichent clairement l’ambition d’être numéro un à leur poste. Une situation qui peut se révéler explosive. Dernièrement, Matthieu Jalibert a d’ailleurs évoqué sa concurrence avec le champion de France en titre sur l’antenne de RMC, ce qui a déplu au staff technique qui souhaite contrôler la communication des joueurs même lorsqu’ils se trouvent sous la responsabilité des clubs. Depuis, il a été clairement demandé aux deux joueurs de s’en tenir aux éléments de langage fournis par le staff à l’instant d’évoquer leur concurrence et leur relation.

À noter que ce n’est pas une exception. D’autres joueurs ont également reçu ces fameux éléments de langage en amont d’un exercice médiatique hors période équipe de France. Une aseptisation des propos et une infantilisation pour certains, un gage de sécurité pour le staff des Bleus. À chacun son interprétation. Mais force est de reconnaître combien l’équilibre d’une vie de groupe ne tient parfois qu’à un fil ou une petite phrase sortie de son contexte. Raphaël Ibanez et Fabien Galthié le savent mieux que personne.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Arnaud BEURDELEY
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?