Amateurs - Fédérale 1 - Face à Nîmes, les Mazametains ne s’interdisent pas de rêver

  • Les Mazametains, neuvièmes au classement de la poule 3, ne s’interdisent pas de rêver à un exploit face au leader Nîmois.
    Les Mazametains, neuvièmes au classement de la poule 3, ne s’interdisent pas de rêver à un exploit face au leader Nîmois. Photo La Dépêche du Midi
Publié le

Des pluriactifs, trois entraînements par semaine, un seul étranger… Les quinquagénaires (bien tassés) qui ont connu l’âge d’or du rugby nîmois ont bien du mal à voir dans la formation actuellement copilotée par Jean-Baptiste Cuq et Jean-Michel Millet l’héritière de celle bardée de patronymes ronflants qui tenta, en vain, de barrer la route du titre au RC Toulon, il y a trente ans de cela, devant la grande foule rassemblée du côté d’Avignon.

Aujourd’hui, le dernier nommé est même moins affirmatif que tous ceux qui, parmi les pronostiqueurs, font des Gardois des partants certains pour la future Nationale 2 : « Chaque rencontre est abordée avec toute l’humilité que requiert ce sport », explique Jean-Michel Millet, l’Agathois très attaché aux principes qui firent la grandeur du proche voisin biterrois, un peu plus en amont encore, naguère. Le déplacement dans la Ville rose n’avait pas correspondu à un débarquement en pays conquis, loin s’en faut, mais l’infériorité numérique fut fatale à ceux qui comptent tout de même cinq victoires en l’espace de six rencontres.

« De toute façon, on se remet en question à chaque fois, en nous concentrant d’abord sur nous-mêmes plutôt que sur l’adversaire. C’est logique puisque tout le monde, indépendamment de son classement, est logé à la même enseigne, celle du respect absolu. » Cela tombe bien, car du côté de Mazamet, on ne s’interdit pas de penser à un nouvel exploit. Lavaur a été battu sur ses terres et Pamiers, le grandissime favori, non pas inquiété, mais en grande partie contenu dans ses enchaînements. 

Etat d’esprit et contenu privilégiés

Une équipe tarnaise bien à l’image de son entraîneur principal, Philippe Guicherd, le rès rugueux deuxième ligne passé par Villefranche-de-Lauragais et Albi : « Notre objectif, c’est de sortir la tête bien haute, avec la satisfaction du devoir accompli. Sacrifice est un bien grand mot, en revanche, l’abnégation est une valeur qui m’est chère », poursuit le policier qui porta également les couleurs de Carcassonne : « Notre parcours ? Au départ, beaucoup de joueurs ne se connaissaient pas et puis, l’amalgame se fait, à notre rythme cela va de soi. Après-demain, Nîmes, au collectif bien huilé et très en avance sur le plan de la redistribution offensive, sera favori. Nous ferons en sorte de privilégier l’état d’esprit et le contenu. »

Si Ruiz manque à l’appel, c’est surtout dans le camp visiteur que le bât blesse : Robbe et Darmon sont incertains, Berthault et Llabrès sont blessés au même titre que Chiker. Coup de projecteur en direction de Mathieu Roca, le seul véritable « papa » du groupe en tant qu’ancien pensionnaire du Pro D2 sous la bannière d’Aurillac.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Philippe Alary
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?