Pro D2 - Carcassonne-Vannes : un match nul, deux gagnants proclamés

  • Les partenaires de Nick Abendanon ont arraché un précieux match nul à Carcassonne.
    Les partenaires de Nick Abendanon ont arraché un précieux match nul à Carcassonne. Midi Olympique - Stéphanie Biscaye
Publié le , mis à jour

Audois et Bretons se sont quittés sur un score de parité. Un partage des points qui semblait convenir amplement aux deux formations.

Comme la saison passée (6-6 en 2020, N.D.L.R.), Carcassonne et Vannes ont quitté l’herbe de Domec sur un score de parité, 14 à 14. Durant quatre-vingts minutes, le duel a été équitable entre l’actuel treizième et quinzième. Sur le plan comptable, Vannetais et Carcassonnais ont ainsi ajouté deux unités dans leur escarcelle. Au terme de la rencontre, ce gain de deux unités faisait amplement le bonheur des deux staffs. Du côté du visiteur, c’est la première performance de la saison loin de la Rabine après trois voyages ponctués par autant de défaites (Nevers, Mont-de- Marsan, Montauban).

Une bonne demi-heure après le dernier coup de sifflet d’Hervé Lasausa, le manager, Jean-Marc Spitzer regardait plutôt la bouteille à moitié pleine. « On ne peut pas faire la fine bouche sur ce résultat. Le nul est tout à fait logique. On peut toutefois avoir un regret en première période où à deux reprises (24e, 29e) Andrew Symons brise le rideau défensif adverse. Par deux fois, la défense carcassonnaise a trouvé la solution pour colmater les brèches. Je ne vous cache pas qu’à la pause, j’étais pessimiste. Avec le vent favorable, je pensais que Carcassonne allait faire la différence. En étant sous pression en seconde période, mes joueurs ont été pragmatiques. Ce match nul nous fait du bien psychologiquement. Or, cette performance doit être obligatoirement validée par une victoire lors de la réception de Bourg-en-Bresse. »

Après deux rendez-vous infructueux face à Provence Rugby et Aurillac, l’USC a stoppé l’hémorragie vendredi soir. L’USC ne s’est certes pas imposée, mais la copie rendue est jugée satisfaisante selon l’entraîneur des avants, Mathieu Cidre. « Au regard de la semaine que nous avons passée, c’est positif. Nous n’avons pas pu travailler les mêlées puisque nous avons actuellement un effectif en souffrance et près de dix joueurs à l’infirmerie. Ce soir, je ne peux que féliciter mes joueurs. Ils sont allés chercher deux points précieux face à une excellente équipe de Vannes. Ces deux points sont plutôt un gain qu’une perte. Sur la rencontre, on peut avoir un regret l’essai en contre d’Abendanon en seconde période alors qu’à la reprise, nous étions sur une série de temps forts. » 

Ignacio Calas, joker médical

En ce moment, l’USC souffre avec un effectif en déficit. Or, le bout du tunnel n’est pas loin. Vendredi pour la réception d’Agen, l’ouvreur Johnny Mc Philips, le flanker Aaron Carroll et le centre, Jordan Puletua seront normalement opérationnels. En début de semaine, un joker médical en deuxième ligne, l’Argentin Ignacio Calas vient renforcer le pack audois. Il vient également soulager la paire Manchia – Van Der Merwe qui vendredi soir a achevé la rencontre avec quatre-vingts minutes dans les pattes.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Didier NAVARRE
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?