International - Les Argentins des clubs français moins protégés par la convention FFR-LNR ?

  • Les Argentins des clubs français moins protégés par la convention FFR-LNR ?
    Les Argentins des clubs français moins protégés par la convention FFR-LNR ? PA Images / Icon Sport - PA Images / Icon Sport
Publié le , mis à jour

Les Argentins des clubs français ne sont pas soumis à la convention FFR-LNR. Ils manqueront un match de championnat de moins.

C’est une chose qu’on doit savoir : les Argentins, premiers adversaires des Français dans cette tournée d’automne sont moins protégés que les joueurs tricolores. En clair, les Pumas du Top 14 pourront jouer la neuvième journée alors que les sélectionnés de Fabien Galthié en seront privés. Ceci signifie aussi que les Pumas prépareront le test du 6 novembre avec une préparation minimale, en tout cas très inférieure à celle des Bleus. Mario Ledesma a convoqué treize joueurs exilés en France, dix du Top 14 et deux du Pro D2.

L’explication de cette situation est claire, les joueurs argentins ne sont pas concernés par la fameuse convention signée entre la FFR et la LNR, plutôt favorable à l’équipe nationale. À leur sujet, les clubs français ne sont tenus que par les règlements de World Rugby et son fameux article 9.

Ceux-ci manquent en général le début du championnat à cause du "Championship" de l’Hémisphère Sud qui se termine fin septembre. Ils retrouvent l’hexagone en octobre, avant de repartir pour les tests automnaux. On peut comprendre que leurs employeurs cherchent à les utiliser à plein.

Cette situation est paradoxale. Ces dernières années, elle était assez spécifique à l’Argentine, la nation majeure la plus isolée et la plus tiraillée du rugby mondial. Depuis les années 2000, elle a souvent compté une majorité d’exilés (hormis l’intermède des Jaguares). Mais l’Afrique du Sud et l’Australie appellent aussi de plus en plus d’exilés. Seuls les All Blacks n’ont pas encore cédé sur ce plan-là. Mais c’est vrai, le groupe de Mario Ledesma est très marqué Top 14 avec douze exilés de chez nous : Francisco Gomez Kodela (Lyon), Marcos Kremer (Stade Français), Tomas Lavanini (Clermont), Guido Petti (Bordeaux-Bègles), Rodrigo Bruni (Vannes), Facundo Isa (Toulon), Tomas Cubelli (Biarritz), Nicolas Sanchez (Stade Français), Jeronimo de la Fuente (Perpignan), Juan Cruz Mallia (Toulouse), Lucas Mensa (Mont-de-Marsan) et Bautista Delguy (Perpignan). À noter les absences de Santiago Chocobares, le Toulousain, blessé et du Bordelais Santiago Cordero, remplacé par son jeune frère, Facundo.

Le groupe argentin

Avants : Bosch, Gallo, Montoya (cap.), Ruiz, Bello, Gigena, Gomez Kodela, Medrano, Tetaz Chaparro. Alemanno, Kremer, Lavanini, Petti, Bruni, J.M. Gonzalez, Grondona, Isa, Matera.

Demis : Bertranou, Cubelli, G. Garcia ; N. Sanchez.

Trois-quarts : de la Fuente, Cruz Mallia, Mensa, Moroni ; Carreras, Cinti, F. Cordero, Delguy ; Boffelli, Carreras.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Jérôme Prévot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?