Nationale - TPR : de la petite crevasse à la grande fracture

  • Après avoir subi contre Nice, les Tarbais ont relevé la tête ce week-end.
    Après avoir subi contre Nice, les Tarbais ont relevé la tête ce week-end. Laurent Dard - LAURENT DARD
Publié le

Les journées se suivent et ne se ressemblent pas. Tarbes, battu la semaine dernière par Nice, a atomisé Cognac-Saint-Jean-d’Angély. Albi n’en finit plus d’avancer, tandis qu’Aubenas décroche.

D’aucuns se demandaient comment les Tarbais réagiraient avec le passage du rouleau compresseur niçois sur la pelouse de Maurice-Trélut, la semaine dernière. La réponse, ou plutôt, la réplique, a été donnée hier après-midi, et de façon pour le moins cinglante. Cinquante-sept « pions », le bonus offensif bien entendu, voilà qui ne manque pas de produire son « petit » effet auprès des suiveurs susceptibles d’estimer inversement que Cognac-Saint-Jean d’Angély était dans une situation analogue à celle qui prévalait avant la réception de Blagnac, il y a un peu plus d’un mois.

Et ce ne sont pas les défaites conjointes des concurrents directs des coalisés de Charente et de Charente-Maritime qui leur mettront plus de baume au cœur que cela. Sans sous-estimer outre mesure le CS Bourgoin-Jallieu, il était clair que l’obstacle dacquois s’avérerait au moins aussi infranchissable que celui de l’édition 1994 du championnat de France, au stade des quarts de finale. Il est vrai que les Chalossais, s’ils veulent ne plus traîner comme un boulet leur défaite de la confrontation inaugurale, sont tenus de ne plus commettre le moindre faux pas sur leurs terres. Toujours est-il que, côté nord-isérois, on ne pavoise évidemment pas.

Albi, direction phase finale

C’est également le cas d’Aubenas, défait à domicile par Massy. Après avoir loupé le coche lors du déplacement à Suresnes, les Ardéchois se retrouvent en situation de décrochage au classement. L’arrimage à la ligne de flottaison se fait de plus en plus précaire, d’autant qu’un périlleux déplacement en banlieue toulousaine se profile à l’horizon du 6 novembre. Il n’y a certes eu ni surprise ni miracle avant-hier soir en terres valentinoises mais il est clair que la saison du Blagnac Rugby se joue d’abord et avant tout à domicile. Un topo pareillement valable pour Dijon, qui ne prendra certainement pas ombrage du revers infligé par Nice. Sans faire plus de bruit que cela, les Maralpins se repositionnent, avec la ferme intention de ne pas en rester là tant la place dans le dernier carré hexagonal au printemps dernier appelle un nouveau prolongement.

On remarque que les grosses cylindrées se sentent pousser des ailes. Ainsi, Albi l’a emporté sur les bords de la Seine. Des Tarnais qui peuvent d’ores et déjà envisager une nouvelle participation à la phase finale tandis qu’inversement, les protégés d’Alex Compan rentrent dans le rang. Enfin, gardons pour la bonne bouche le point chaud de ce septième acte. Dauphin du leader drômois, Chambéry recevait l’autre relégué de l’étage supérieur. Les Savoyards se sont imposés même si l’opiniâtre résistance de l’hôte charentais doit être mise en exergue. Il n’empêche, le podium conserve la même configuration, sachant que Massy, en embuscade, n’attend qu’une contre-performance des uns et des autres pour s’installer sur le devant de la scène. Le week-end prochain, tous ces généreux protagonistes savoureront un repos bien mérité, à charge pour eux de recharger les accus au moment d’aborder l’avant-dernière ligne droite automnale.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Philippe Alary
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?